dimanche 12 juin - 34e Marché de la Poésie

par Vincent Gimeno-Pons, 13 juin 2016

Dimanche 12 juin

11h30 Ouverture au public
14h Gao Xingjian. Rencontre autour de la publication de son œuvre poétique complète. Pensée errante Esprit méditatif, avec Noël Dutrait (traducteur) et Nicole Gdalia (éditions Caractères) - scène du Marché
15h30 Poésies du Mexique#13 rencontre avec les poètes Coral Bracho, Silvia Eugenia Castillero, Luis Felipé Fabre, Julián Herbert, reçus par Serge Pey - scène du Marché
16h30 Performance : Serge Pey et Chiara Mulas - scène du Marché
17h Poésie du Mexique#14 Hommage à Hugo Gutiérrez Vega par Patrick Quillier et Coral Bracho : Amour sans forme, et autres poèmes - anthologie brève de Hugo Gutiérrez Vega, traduit par Patrick Quillier (éditions Wallada)- scène du Marché
18h « Nous aimons la vie davantage que vous n’aimez la mort » - Contre la terreur, les poètes résistent. À l’occasion de cette parution aux éditions Al Manar, et en lecture de clôture, présentés par Alain Gorius : Sapho, Lionel, Jung-Allégret, Mohamed Hmoudane, Vénus Khoury-Ghata, Irène Gayraud, Françis Combes, Emmanuel Moses, Emmanuel Damon, Cécile Oumhani, Salah al-Hamdani, Salah Stétié.

JPEG - 72 ko
Alain Gorius
JPEG - 43.9 ko
Sapho
JPEG - 33.9 ko
Salah Stétié
© Stéphane Barbery
JPEG - 33.7 ko
Venus Khoury Gata
© Catherine Hélie
JPEG - 31.6 ko
Emmanuel Moses
JPEG - 49.5 ko
Cécile Oumhani
JPEG - 33.5 ko
Irène Gayraud
JPEG - 47.4 ko
Francis Combes

20h Clôture du 34e Marché

Un espace librairie du Mexique sera proposé au public durant toute la durée du Marché, stand 502.

Biographies

JPEG - 57.4 ko
Coral Bracho

Coral Bracho
(Mexico, 1951) est poète et traductrice. Parmi ses recueils de poésie figurent : Peces de piel fugaz (1977), El ser que va a morir (1982), Tierra de entraña ardiente (1992), Huellas de luz (2006) qui rassemble les titres précédents, La voluntad del ámbar (1998), Ese espacio, ese jardín (2003), Cuarto de Hotel (2007), Si ríe el emperador (2010), Marfa, Texas (2015). Elle a été boursière de la Fondation John Simon Guggenheim de New York et du Système National des Créateurs d’Art au Mexique. Elle a reçu, entre autres, le Prix Xavier Villaurrutia en 2003, le Prix National de Poésie Aguascalientes en 1981, le Prix International de Poésie Jaime Sabines-Gatien Lapointe (Québec, 2011) et le Prix International de Poésie Zacatecas en 2011. Ses livres et quelques-unes de ses anthologies ont été publiés dans plusieurs pays et traduits dans plusieurs langues. En 2015, les Éditions Al Manar ont publié Chambre d’hôtel en version bilingue.

JPEG - 52.6 ko
Silvia Eugenia Castillero

Silvia Eugenia Castillero
(Mexico, 1963) est l’auteure des livres d’essai Entre dos silencios, la poesía como experiencia (Tierra Adentro, Mexico, 1992 et 2003) et Aberraciones : El ocio de las formas (UNAM, 2008). Elle a également publié les recueils de poésie Como si despacio la noche (Secretaría de Cultura de Jalisco, Guadalajara, 1993) ; Nudos de luz (Editorial Sur et Université de Guadalajara, Guadalajara, 1995) ; Zooliloques, édition bilingue, traduction en français de Claude Couffon (Indigo Éditions, Paris, 1997) ; Zooliloquios. Historia no natural (Conaculta, Col. Práctica Mortal, Mexico, 2003) ; Eloísa (Editorial Aldus et Université de Guadalajara, Mexico, 2010) ; Héloïse, traduction en français de François-Michel Durazzo (Éditions du Noroît, Montréal, 2012) ; Eloise, traduction en anglais de Sarah Pollack (Unicorn Press, Inc., Greensboro, 2014). Castillero a obtenu le deuxième prix de poésie du « Certamen Internacional Letras del Bicentenario Sor Juana Inés de la Cruz » en 2011, avec le livre En un laúd –la catedral (Fondo Editorial EdoMex, 2012). Elle est actuellement directrice du magazine littéraire Luvina de l’Université de Guadalajara et elle est membre du Système National de Créateurs d’Art.

JPEG - 31.9 ko
Luis Felipe Fabre

Luis Felipe Fabre
(Mexico, 1974) a publié un livre d’essai : Leyendo agujeros. Ensayos sobre (des)escritura, antiescritura y no escritura (2005) et les recueils de poésie Cabaret Provenza (2007), La sodomía en la Nueva España (2010) et Poemas de terror y de misterio (2013). Il est également l’auteur des anthologies Divino Tesoro, Muestra de nueva poesía mexicana (2008), La Edad de Oro, Antología de poesía mexicana actual (2012) et Arte & basura. Una antología poética de Mario Santiago Papasquiaro (2012). En 2014 il organise, avec Fernando Mesta, Todos los originales serán destruidos, une exposition d’art contemporain réalisée par des poètes mexicains. En 2015, Ugly Duckling Press publie Sor Juana and Other Monsters, une sélection de ses poèmes, traduite par John Pluecker. Il est membre du Système National de Créateurs d’Art.

JPEG - 46.2 ko
Julián Herbert

Julián Herbert
(Acapulco, 1971) est l’auteur des recueils de poèmes El nombre de esta casa (1999), La resistencia (2003), Kubla Khan (2005), Pastilla camaleón (2009), Depósito salvado (videopoemas, 2012) et Álbum Iscariote (2013), ainsi que de l’ouvrage de critique littéraire Caníbal. Apuntes sobre poesía mexicana reciente (2010). En tant que romancier il a publié Un mundo infiel (2004), Cocaína (manual de usuario) (2006), Canción de tumba (2011) et La casa del dolor ajeno (2015). Il a obtenu le Prix National de Littérature Gilberto Owen (2004), le Prix National de Conte Juan José Arreola (2006), le Prix National de Conte Agustín Yáñez (2008), le Prix Jaén du roman (2011) et le Prix Ibéro-américain du roman Elena Poniatowska (2012). Il est vocaliste d’un groupe de rock et membre du Système National de Créateurs d’Art. Quelques-uns de ses livres ont été publiés en anglais, en français, en portugais, en italien et en allemand.

JPEG - 28.6 ko
Chiara Mulas

Chiara Mulas
Chiara Mulas est née en 1972 à Gavoi (Sardaigne). Artiste plasticienne, elle est diplômée à l’académie des beaux-arts de Bologne (Italie). Artiste du vidéo-art, elle met en scène les lieux et les mythes d’une géographie philosophique et sociale de la Méditerranée. Sa recherche artistique l’a conduite à explorer les rituels dans le monde à partir de son île natale, la Sardaigne. Au carrefour entre le cinéma-vérité et la fiction, ses vidéos évoquent une dimension onirique à partir de mythes ancestraux revisités dans une pratique contemporaine. Cinéaste, metteur en scène, plasticienne, photographe, performeuse, rien n’échappe au déploiement de son engagement artistique. Chiara Mulas invente un rapport nouveau et personnel à l’art contemporain. Ses performances, ses installations-vidéos, dans lesquelles elle se met en scène, ont été accueillies par de nombreuses scènes internationales Québec, Chine, Japon, Serbie, Maroc, Israël, Italie, Belgique, Paris, New York, Pacifique sud. Elle est une des performeuses les plus significatives de la poésie d’action internationale.

JPEG - 31.2 ko
Serge Pey

Serge Pey
(1950, Toulouse) poète d’action, écrivain, plasticien, sa pratique de la poésie directe l’a conduit à étudier les relations entre l’écriture, le corps. Artiste singulier il a publié une cinquantaine de livres de poèmes, de philosophie, de critiques ainsi que ses concerts sonores . Ses dernières parutions Ahuc, poèmes stratégiques ( Flammarion), 2013, Le trésor de la guerre d’Espagne (Zulma) 2012 « La boite aux lettres du cimetière » (Zulma) 2014, la Sardane d’Argeles (Dernier Télégramme) 2014, Tombeau pour un miaulement ( Gruppen) 2014, Table de négociation (Parole d’Aube) 2015. Il dirige les Chantiers d’art provisoire du CIAM de l’Université Toulouse-Jean Jaurès.

JPEG - 60.3 ko
Patrick Quillier

Patrick Quillier
Il a longtemps erré en Europe, Afrique, Océan Indien, notamment comme enseignant de Lettres Classiques au Portugal, en Autriche, en Hongrie. Depuis 1999 il enseigne la Littérature Générale et Comparée à l’Université de Nice. Traducteur et éditeur de Fernando Pessoa en Pléiade, il a traduit des poètes portugais et hongrois contemporains. Le premier vers de son recueil Office du murmure (1996, Éditions de la Différence) évoque « toute une tentation de ténèbres », non pour revendiquer une posture hermétique, mais par référence aux « leçons de ténèbres » de la musique baroque, dans lesquelles l’inévitable travail du deuil se fait œuvre de vie. Le murmure est pour lui le modèle du poème et de la musique, répétition tremblée de la force fragile du vivre, inlassable ostinato de liberté et de révolte. Voix ténue qu’on n’entend guère, si ce n’est grâce à une fine écoute. Il espère que cela est sensible non seulement dans ses poèmes et ses compositions musicales, mais aussi dans ses articles, préfaces et essais universitaires.

JPEG - 38.5 ko
Gao Xingjian

Gao Xingjian
Prix Nobel de littérature en 2000
Traduit en quarante langues. Il vit à Paris depuis 1989.
Ses pièces de théâtre sont montées dans le monde entier et de grandes expositions lui sont régulièrement consacrées en France, Espagne, Belgique, Allemagne, États-Unis, Suisse, Suède, Portugal, Taiwan et Singapour…
Esprit errant Pensée méditative, œuvre poétique complète, traduite par Noël Dutrait, est accompagnée de la reproduction de quatorze de ses tableaux, publiée par les Éditions Caractères en mai 2016.

Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : vendredi 13 juin 2016, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.