Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 305 > La Périphérie du 28e Marché de la Poésie > 23 juin : Lieu des résonances François Laroche-Valière – Olivier (...)

23 juin : Lieu des résonances
François Laroche-Valière – Olivier Dupuy

jeudi 25 mars 2010, par Vincent Gimeno-Pons

Mercredi 23 juin - Mains d’Œuvres - 16h à 21h - Entrée libre et permanente
1 rue Charles Garnier 93400 Saint-Ouen

Périphérie XXX : Lieu des résonances
Fabrique expérimentale d’une écriture poétique.
François Laroche-Valière – Olivier Dupuy

Conception : François Laroche-Valière

organisé avec Mains d’Œuvres et la Cie Studio Laroche-Valière

Lieu des résonances est né de la rencontre entre François Laroche-Valière, chorégraphe, auteur, et Olivier Dupuy, comédien.

Dans le cadre de sa résidence à Mains d’Œuvres, François Laroche-Valière conçoit et expérimente un dispositif inédit où l’auteur et le lecteur sont en situation dans l’exercice simultané de leur fonction respective. Il espère ainsi provoquer une dramaturgie les plaçant dans un espace singulier où la frontière qui les définit en tant qu’auteur et lecteur est déplacée.

Fabrique expérimentale d’une écriture poétique, atelier du poète, ce lieu est un dispositif où les deux intervenants sont en présence dans le même espace, isolés dans une activité, pour l’un acte d’écriture et de parole, pour l’autre acte de lecture et de récitation. L’écrivant alimente et compose cet espace, le récitant le brouille ou l’éclaire. Les deux actants conversent et convergent par réverbérations dans le modelage de la parole, de sa texture et de son timbre, dans un espace faisant soudainement corps. Chacun est occupé à une « mise en onde » créant une relation par résonances où apparaît et se dépose une autre présence.

Le public est invité à visiter ce dispositif. La circulation est libre et n’a pas d’incidence sur le protocole établi entre les deux intervenants.

Conception, auteur-écrivant : François Laroche-Valière / Collaboration à la conception, lecteur-récitant : Olivier Dupuy / Interface de diffusion sonore : Frédéric Peugeot / Régie générale : Nicolas Prosper.

La Cie Studio Laroche-Valière est actuellement en résidence au Théâtre Brétigny, Scène conventionnée du Val d’Orge et à Mains d’Oeuvres, Saint-Ouen. En 2010, François Laroche-Valière sera également en résidence de recherche au Centre national de la danse – Pantin.

La Cie est soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Ile-de-France et par le Conseil Général de l’Essonne.

Site de la Cie : www.studiolv.fr/

François Laroche-Valière
Auteur – Chorégraphe

➢ Au cœur de sa démarche de chorégraphe, François Laroche-Valière tisse une œuvre plurielle dont l’écriture poétique est un des éléments essentiels.

Il s’est ouvert à diverses formes de pratiques artistiques. C’est par le geste pictural qu’il découvre le corps, le mouvement et l’espace ; de même il aborde l’écriture, et s’initie au jeu de l’acteur et à la mise en scène. Attiré par la chorégraphie, il se forme aux métiers de la danse et mène depuis lors une recherche chorégraphique où les éléments de sa relation au geste pictural et à la voix poétique sont liés, dans une tentative de retour à l’expression du corps.
En 1980, il poursuit sa formation à Paris et rencontre le pédagogue et chorégraphe Eric Senen dont il suivra l’enseignement et avec lequel il engagera une longue collaboration artistique et pédagogique. En 1984, il fonde sa propre compagnie le “Studio Laroche-Valière”.
La Compagnie a depuis produit et présenté de nombreuses créations, expérimentant diverses approches stylistiques et dramaturgiques. Ces étapes de création ont progressivement permis d’identifier et de définir une aire de recherche chorégraphique située autour de la notion centrale “d’être-là-du-corps”. Corps, en tant que lieu-premier, générateur d’un espace de présence, où se pose la question du mouvement comme acte poétique.

➢ De 2002 à 2008, Il développe le processus de création intitulé Projet 2 avenues au cours duquel il réalise un triptyque : Sans qu’ici jamais ne se perde (1er volet pour 3 danseurs, 2002, créé au Centre national de la danse à Paris), Pour venir jusque-là (2e volet pour 5 danseurs, 2004, crée au Centre national de la danse – Pantin), Et pour s’éloigner (3e volet pour 2 danseurs, 2008, créé au Théâtre Brétigny, dans le cadre de Hors Saison, le rendez-vous danse d’Arcadi).
En 2009, il apporte à ce cycle, une étape supplémentaire, la création d’une pièce intitulée Signature (solo). Pièce créée pour Julien Monty, interprète de la Compagnie ayant participé à la genèse ainsi qu’à l’intégralité des étapes de création du Projet 2 avenues. Cette pièce a été accueillie et coproduite par le CCN de Franche-Comté à Belfort et a été récemment présentée au Théâtre Brétigny dans le cadre de la première année d’une résidence de trois ans.

➢ Parallèlement, François Laroche-Valière crée en septembre 2006 une pièce-performance intitulée IN/STELLATION, commande du Centre d’art contemporain de Brétigny, reprise en septembre 2007 dans le cadre de l’atrium du Centre national de la danse – Pantin, à l’occasion des Journées du Patrimoine.
En octobre 2009, il crée une pièce sonore intitulée Corridor pour le Centre d’art contemporain de Brétigny, commande dans le cadre de l’exposition Réversibilité.

➢ Il met également en jeu ses textes poétiques avec le comédien Olivier Dupuy. En 2005, à l’invitation de Beaumarchais et de Paul Tabet, sous la forme d’un récital à la Maison des Auteurs de la SACD. De 2005 à 2007, à l’intérieur du processus Présence/s donné au Centre national de la danse – Pantin, à Micadanses, Paris et dans le cadre de Concordan(s)e au Théâtre Le Colombier à Bagnolet. Et depuis 2009, sous la forme de lectures intitulées Conversations.


Olivier Dupuy
Comédien

➢ De 1991 à 2009, Olivier Dupuy travaille sous la direction de Stanislas Nordey dans la plupart de ses mises en scène au Théâtre Nanterre-Amandiers, au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis et au Théâtre National de Bretagne à Rennes : Calderon de Pier Paolo Pasolini (1993), Les 14 pièces piégées de Armandi Llamas (1994), Ciment de Heiner Müller (1995), Le songe d’une nuit d’été de William Shakespeare (1995), La noce de Stanislas Wyspiansky (1996), Contention, La dispute de Didier-Georges Gabily et Marivaux (1997), Porcherie de Pier Paolo Pasolini (1999), Mirad, Un garçon de Bosnie de Ad de Bont (2000-2001), L’épreuve du feu de Magnus Dahlström (2002), La puce à l’oreille de Georges Feydeau (2003-2004), Cris de Laurent Gaudé (2005), Das System de Falk Richter (2008).

Pendant cette même période, il travaille également sous la direction de Marc Debono (Chéri de Colette ,1991), Pierre Gavary (L’école des femmes de Molière et L’éternel mari de Victor Haïm, 1992), Jean-Pierre Vincent (Tout est bien qui finit bien de William Shakespeare, 1996), Laurent Sauvage (Anticonstitutionnellement, 1998 et 1999, et Je suis un homme de mots de Jim Morisson, 2005 - Maison de la Poésie, Paris), Michel Simonot (L’extraordinaire tranquillité des choses, 2006) et de Guillaume Doucet (Pour rire pour passer le temps de Sylvain Levey, 2009).

➢ À l’opéra, il joue dans Jeanne au Bûcher de Paul Claudel et Arthur Honegger mis en scène par Claude Régy à l’0péra Bastille (1992), dans Pierrot lunaire de Schoenberg et Le Rossignol de Stravinsky sous la direction de Pierre Boulez et Stanislas Nordey au Théâtre du Châtelet (1997), dans Le Balcon de Jean Genet, musique et adaptation Peter Eötvös, mis en scène par Stanislas Nordey au Festival d’Aix-en-Provence (2002).

➢ En 2009, il assiste Ivica Buljan à l’Ecole du TNB à Rennes (Sallinger de Bernard-Marie Koltès).
En 2010, il est assistant à la mise en scène de Stanislas Nordey (399 secondes de Fabrice Melquiot) et de Roland Fichet (Comment toucher ? de Laurent Fichet).

➢ Il est artiste permanent au Théâtre Nanterre-Amandiers de 1995 à 1998.
Depuis 1993, il dirige de nombreux ateliers et stages de pratiques théâtrales, en partenariat avec le Théâtre Nanterre-Amandiers, le Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis et le TNB à Rennes.

➢ En 2002, Olivier Dupuy rencontre le travail du chorégraphe François Laroche-Valière et porte une attention toute particulière à ses textes poétiques à partir desquels il tente une première approche dans le cadre de ses ateliers de pratiques théâtrales.
En 2005, Olivier Dupuy réalise un récital des textes de François Laroche-Valière à la Maison des Auteurs de la SACD.
De 2005 à 2007, François Laroche-Valière l’associe au processus de création intitulé Présence/s, donné au Centre national de la danse – Pantin, à Micadanses, Paris et dans le cadre de Concordan(s)e au Théâtre Le Colombier à Bagnolet.
Depuis 2009, il participe à des lectures intitulées Conversations dans le cadre d’une résidence de François Laroche-Valière au Théâtre Brétigny – Scène conventionnée du Val d’Orge.

Portfolio