26 juin : Hommage à Armand Rapoport

par 22 juin 2011

Dimanche 26 juin - Halle Saint-Pierre - 16h
Entrée libre
2, rue Ronsard - 75018 Paris

HOMMAGE À ARMAND RAPOPORT

JPEG - 31.9 ko
Armand Rapoport


Mort en septembre 2010, ses amis poètes rendront hommage à Armand Rapoport dans un lieu qu’il fréquentait assidûment.

Avec... Sapho, Jacques Sojcher, Werner Lambersy, Yadollah Royaï, Yves Boudier, Viviane Cohen, Jacques Darras, Daniel Pozner, Dominique Nourry...

Organisée avec La Halle Saint-Pierre.


Biographies

Armand Rapoport

Né en 1936. Enseignant. Nombreuses interventions en revues (Action Poétique, Poésie, Odradeck, In’hui...). Œuvre théâtrale.

• La Saison féroce, P.J. Oswald, 1969.
• 117 Élégies, P.J. Oswald, 1972.
• Toiles d’Ypres, La Petite Sirène / Temps Actuel, 1977.
• L’Hiver des Astronomes, Actes Sud, 1987.
• Résonnances, Actes Sud, 1990.


Sapho

Née à Marrakech le 10 janvier 1950. Issue d’une famille juive, Sapho passe son enfance au Maroc qu’elle quitte à l’âge de 16 ans. Elle déménage avec ses parents à Lyon, puis dans un pensionnat suisse. A sa majorité, Sapho monte à Paris, où elle s’inscrit en fac de lettres, et y découvre le quartier mythique de Saint-Germain-des-Prés. Elle se découvre une passion pour le théâtre et suit pendant un temps les cours d’Antoine Vitez. L’un de ses amis, Hervé Cristiani, la pousse à auditionner au Petit Conservatoire de Mireille, figure légendaire de la chanson française. Ayant définitivement arrêté le théâtre, elle prend le pseudonyme de Sapho, en référence à la poétesse grecque, et entame sa tournée des maisons de disques dans l’espoir de se faire remarquer. Coup de chance, en 1977, elle signe un premier album chez RCA intitulé ’Le Balayeur du Rex’. Après quelques expériences scéniques, elle part à New York dans le but d’écrire des articles pour le magazine Actuel et fait la rencontre de plusieurs musiciens. A Londres, elle enregistre ’Janis’, album influencé par le rock américain des années 1960, des Doors à Janis Joplin. Les années 1980 sont très prolifiques : paraissent tour à tour ’Le Paris stupide’ (1981), ’Passage d’enfer (1982) et ’Barbarie’ (1983), albums courageux qui dénoncent le racisme et le machisme. Toujours partante pour de nouveaux défis, Sapho écrit également des romans, se produit au théâtre dans ’Les Monologues du Vagin’ et revisite en musique les grands poètes français : Aragon, Rimbaud, Verlaine. En 1996, l’album ’Jardin andalou’ sort. s’en suit un an plus tard de ’Digital Sheikha. Auréolée d’une carrière qui parle pour elle, Sapho revient en 2005 avec un spectacle de reprises de Léo Ferré.


Jacques Sojcher

Professeur de philosophie et d’esthétique à l’Université libre de Bruxelles, Jacques Sojcher dirige aux éditions Complexe la collection L’ivre examen et la Revue de l’Université de Bruxelles pour laquelle il a dirigé les numéros La Belgique malgré tout (1980) et Belgique toujours grande et belle, en collaboration avec Antoine Pickels (1998). On lui doit des entretiens avec l’éditeur Maurice Nadeau parus chez Complexe.


Werner Lambersy

Né à Anvers en 1941, Werner Lambersy choisit d’écrire en français bien qu’il soit issu d’un milieu néerlandophone : acte de résistance et d’anti-fascisme (par rapport à son histoire personnelle), dit-il, dont l’emblème inconscient guide toute son écriture.
Werner Lambersy vit et travaille actuellement à Paris (France) où il a été responsable de la promotion des lettres belges de langue fançaise (Centre Wallonie-Bruxelles). Il est avant tout poète, un des plus importants de la Belgique francophone à l’heure actuelle. Tout en variant dans leur ton et leur forme de l’extrême dépouillement à une respiration ample, sa poésie, à travers quelque quarante ouvrages publiés, poursuit une méditation ininterrompue sur le dépassement de soi dans l’amour (tant charnel que mystique) et l’écriture.
Il a reçu le prix de la SGDL (Société des Gens de Lettres) en 2004.
http://www.editionsducygne.com/editions-du-cygne-werner-lambersy.html


Yadollah Royaï

Yadollah Royaï est né en 1932 en Iran, vit en exil en France depuis la révolution de 1979. Il est l’une des figures majeures de la poésie moderne persane, dont le domaine embrasse l’Iran, l’Afghanistan, le Tadjikistan, et les région persanophones d’Asie centrale : l’Ouzbékistan, etc.
Il a publié en Iran, de nombreux recueils de poèmes, ainsi que trois grands essais comportant ses réflexions sur la poétique. Auteur du fameux manifeste « poésie du volume » (Téhéran, 1969), il est aujourd’hui considéré comme le chef de file de ce mouvement animé par les poètes de la jeune génération.
En français on peut lire de Yadollah Royaï notamment :

-  Et la mort était donc autre chose, éd. Créaphis, Cahiers Royaumont, Paris, 1997

-  Signatures, éd. Dana, Rennes, 2000

-  Le moi en prétérit signature, éd. Caravane, édition bilingue, Téhéran, 2004

-  Espacement(al)s, éd. L’Inventaire, Paris, 2006
La revue Po&sie a publié également des poèmes de Yadollah Royaï dans ses numéros : 82 en 2002, 122 et 123 en 2008.



Yves Boudier

Né en 1951 en Normandie. Vit à Paris ; publie notes et poèmes en revues (Aujourd’hui-Poème, CCP, Digraphe, Europe, Petite, La Polygraphe, Rehauts...) et est membre du comité de rédaction d’Action Poétique et de Passage d’Encres. Activités radiophoniques et collaborations diverses avec des musiciens et des plasticiens.
Lectures publiques (Musée d’Art Moderne de la ville de Paris, Fondation Royaumont, Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, Revue parlée du Centre Pompidou, Bpi Beaubourg, librairies et médiathèques.) Invité de la Biennale Internationale des poètes, 1997. Activités radiophoniques (France-Culture, France-Musiques), collaborations avec des musiciens (Ina-Grm) et des plasticiens (Gaston Planet, Christiane Tricoit, Jean Gaudaire Thor, Andoche Praudel, Joël Paubel.)


Jacques Darras

Poète, essayiste et traducteur français, Jacques Darras est né en Picardie maritime dans les régions du Marquenterre et du Ponthieu (Bernay-en-Ponthieu). Fils d’un couple d’instituteurs il fréquente le Lycée d’Abbeville puis est élève d’hypokhâgne et khâgne au lycée Henry IV à Paris. Il est admis à l’ENS rue d’Ulm en 1960, hésite sur quelle voie suivre, lettres classiques ou philosophie, s’expatrie à Edinburgh en Écosse où il est lecteur et finalement réussit l’agrégation d’anglais en 1966. Nommé au Lycée Grandmont de Tours au sortir du service militaire (École Militaire) il devient assistant à la toute nouvelle Université de Picardie où il fera toute sa carrière jusqu’en 2005. Professeur en 1978 avec une thèse sur « Joseph Conrad et les signes de l’Empire », doyen de Faculté de 1984 à 1999, il crée plusieurs masters et départements de langue dont l’hébreu, l’arabe, le chinois, le néerlandais, le polonais etc...Parallèlement il s’engage dans la vie locale et régionale en lançant une revue littéraire in’hui (près de 70 numéros aujourd’hui) relayée par la Maison de la Culture d’Amiens en 1985 puis éditée à Bruxelles (le Cri) à partir de 1993. Il y publie la poésie étrangère sous forme d’anthologies (Allemagne, Russie, Etats-Unis, Espagne) et la poésie nationale accompagnée d’une réflexion prosodique (le sonnet, le vers libre, l’épopée etc...).
Il se lance entre-temps dans une aventure poétique prenant rythme et réflexion dans un cours d’eau des côtes de la Manche, la Maye, qui se jette dans la Baie de Somme. Il publie le volume inaugural La Maye I en 1988 aux éditions in’hui/3 cailloux (qu’il a fondées à la MCA d’Amiens). Puis La Maye II ou Petit affluent de la Maye en 1993 aux éditions Le Cri à Bruxelles. Il a ajouté depuis cinq autres volumes dont La Maye III ou L’embouchure de la Maye dans les vagues de la manche (le Cri, Bruxelles, 2001) La Maye IV. Van Eyck et les rivières (Le Cri, 1996) La Maye V. Vous n’avez pas le vertige (L’Arbalète/ Gallimard 2004) La Maye VI. Tout à coup je ne suis plus seul (L’Arbalète/Gallimard 2006). La Maye VII. La Maye réfléchit (Le Cri, 2009). Tout en composant le huitème et ultime volume Le Chœur maritime de la Maye, il procède au remaniement des volumes précédents. Il compose également un volume de sonnets Petite Somme sonnante (Mihaly, 1999). Parallèlement à la poésie il publie plusieurs essais dont les trois plus récents Nous sommes tous des romantiques allemands. De Dante à Whitman en passant par Iena (Calmann-Lévy, 2002) Nous ne sommes pas faits pour la mort (Stock 2006) Les îles gardent l’horizon (Hermann 2008).
À Paris en 1998 il fonde avec André Parinaud le mensuel de poésie « Aujourd’hui poème ». Il inaugure un cycle de lectures avec le comédien Jacques Bonnaffé. Il lit dans de nombreux festivals à l’étranger (Etats-Unis, Mexique, Italie, Espagne, Syrie, Tunisie, Russie, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, République tchèque, Portugal, Japon, Chine etc...). Il fonde en 2008 par transformation d’in’hui la revue « Inuits dans la Jungle » avec Jean Portante (éditions Phi) et Jean-Yves Reuzeau (Le Castor Astral). Il est invité en 1989 par la BBC, premier non Anglais à prononcer les Reith Lectures, pour célébrer le bicentenaire de la Révolution française (5 conférences mondialement diffusées). Il reçoit le prix Apollinaire (2004) et le prix de l’Académie française pour son œuvre (2006). Il est l’un des administrateurs du CNL, de la Maison de la Poésie de Paris (depuis 1990). Il préside le jury du Prix Ganzo de poésie. Il préside le festival Marathon des Mots de Bruxelles depuis 2009. Il a organisé dix rencontres européennes de poésie à la Maison de la Poésie de Paris en 2009. Il vient de créer le festival de Poésie d’Achères (2010).
Européen convaincu, Jacques Darras, essaie d’engager la poésie française sur la voie d’une écoute plus attentive aux autres traditions. Il travaille obstinément aux frontières (nordiques) de notre sensibilité nationale avec la volonté souvent mal comprise de rendre cette dernière plus extensiblement inclusive et surtout plus ouverte. Il se considère comme un démocrate « whitmanien » d’Europe. En tant que tel il reconnaît être en contradiction ouverte avec le grand mouvement symboliste et surréaliste (freudio-lacanien) qui conduit encore la poésie française de nos jours. Son admiration va directement à Apollinaire, Cendrars et Claudel, dont la tradition d’ouverture au monde s’est inexplicablement interrompue.



Daniel Pozner
Daniel Pozner, né en 1971, est archiviste du quotidien, il vit actuellement à Paris. Sa poésie est qualifiée par les critiques de vive, précise, simple, énigmatique : "ça craque aux bonnes jointures" (Anne Portugal). Il a publié, notamment, / une ville dont / (Passage d’encres, 2008), Les animaux de Camin (Derrière la salle de bains, 2009) et Pft ! (Le Quartanier, 2009) ; à paraître : L’oeil était dans la pomme (Ragage). Il a également collaboré avec différentes revues comme Action poétique, BoXon, ou encore Java.

Dominique Gabriel Nourry
né en 1949 à St-Malo, vit entre Paris et St-Malo depuis 1968. A été enseignant en Lettres et en Théâtre.

A publié : Fatrasies d’Avril (Poèmes en Gros et Demi-gros) ; l’Embellie (La Porte), 2010 ; a collaboré à différentes revues : Le Point d’Etre, Vivre en Poésie, le Nouveau Marronnier, La Grappe, la Nouvelle Proue, Jointure, le Horla, les Cahiers de Poétique, le Pêcheur d’ombre...

Effectue des performances poétiques sur facebook ; alimente son blog : D’Ici Dance. A obtenu les premiers prix de la Grappe (1986), de la Société des Gens de Lettres – Jacques Normand (1988), et de Poésie de l’Ile de France (1989).

Est aussi comédien formé par Guy Parigot (Comédie de l’Ouest) et Christian Dente (Théâtre des Deux Portes) participe à de nombreuses performances (lectures, spectacles, happenings à Paris, en Bretagne, en province, en Italie). La Maison de Verlaine, le Club des Poètes, le Lucernaire et de nombreux bars culturels l’ont accueilli. Ses performances ont notamment été programmées dans le cadre du Festival d’Avignon en 1993 et à Giaveno, en 2003. Un extrait du récit poétique Alpha a été mis en voix dans le cadre du Choeur Poétique de Philippe Tancelin, professeur à Paris VIII en 2000.

Il se livre à des lectures en appartement, se produit sur des scènes slam Théatre ou Poésie, met à l’oeuvre des interventions (happenings) diverses dans l’espace public ; a animé des ateliers d’écriture. Projets en cours avec danseurs contemporains (groupe “Escale”).

En images

  • Daniel Pozner
  • Jacques Darras
  • Viviane Cohen
  • Dominique Gabriel Nourry
  • Daniel Pozner
  • Yves Boudier
  • Yadollah Royaï
  • Werner Lambersy et Jaques Darras

Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : lundi 22 juin 2011, par
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.
Ces articles pourraient aussi vous intéresser