Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 337 > La Périphérie du 30e Marché > mercredi 27 juin : L’Afrique en nous, N’importe où

mercredi 27 juin : L’Afrique en nous, N’importe où

jeudi 19 avril 2012, par Vincent Gimeno-Pons

mercredi 27 juin - L’Entrepôt (galerie) - 18h
7 / 9 rue Francis de Pressensé 75014 Paris
entrée libre

L’Afrique en nous, N’importe où

« L’Afrique en nous » : Daniel Biga accompagné d’Alex Grillo (vibraphone)

« N’importe où » : André Velter accompagné par Jean-Luc Debatice (guitare)
Dernière minute : André Velter étant bloqué à l’étranger, il a demandé à Zéno Bianu de venir le remplacer


Bio-bibliographies :

Daniel Biga

Daniel Biga est né à Nice en mars 1940 où il est revenu vivre aujourd’hui.
Après une enfance Varoise (Fayence puis Ste Maxime) il vit l’exil citadin et le ”lycée buissonnier” (ou plutôt portuaire) dans sa ville d’origine où il découvre la poésie et l’art. Il poursuit ses études à l’École Municipale de dessin (Villa Thiole) à Nice puis accomplit son service militaire (en Algérie en guerre). À son retour à Nice il pratique des dizaines de petits métiers et passe une licence de lettres.

Il peint et expose dans ”les marges” de l’École de Nice et publie en 1966 son premier recueil ”Oiseaux Mohicans” qui, réédité à la Librairie St Germain des Prés en 1969, sera salué par la critique comme un événement poétique. Il enseignera ensuite à l’Ecole Régionale des Beaux Arts de Nantes, puis sera président de la Maison de la poésie de Nantes.
Il a publié plus d’une trentaine d’ouvrages.

Jean-Luc Debattice

Né en 1947, il a travaillé en Belgique, en Suisse, en France sous la Direction de metteurs en scène tels que Marc Liebens, André Steiger, Philippe Van Kessel, Claude Confortes, Benno Besson, Josanne Rousseau, Heinz Schwartzinger.

Il a écrit et interprèté des one-man shows : Comme un vieux moteur dans un arbre à viande, Sur la bande à côté de la plaque, Show Bizz’art, ainsi que des pièces : Le Truc Krack, Zouaves d’aujourd’hui, I am an erotic man.
En tant qu’auteur-compositeur, il compte plus de 300 chansons à son répertoire. En ce qui concerne ses propres récitals , c’est d’abord avec Léon Tourzevitch, aux orchestrations, qu’il a conçu un tour de chant comme tour d’horloge : Mythologie dans les villes. Ensuite, il a travaillé avec l’orchestrateur et guitariste Jean Riccobono, particulièrement pour le spectacle et l’album Barbaroque Il se produit sur de nombreuses petites scènes tant à Paris qu’en province.

Ami des poètes, il fait de nombreuses lectures et a créé plusieurs spectacles dont Les Fils de Merlin et d’Ossian, Hugo en colère, ou Les Indomptés autour de Jim Morrison. En juin 2005, il crée en compagnie de Marco Horvat, Des Cabinets de curiosités au festival de Bar Le Duc. En mai 2006, il présente au Centre Wallonie-Bruxelles dans le cadre du 5 ème festival des cultures d’Europe : Ce Paris que je ne peux souffrir et Initiations parisiennes, lectures avec accompagnement musical. Il vient d’être à l’affiche de Dommage qu’elle soit une putain de John Ford, mise en scène de Patrick Schmitt au théâtre de La Forge à Nanterre.

Alex Grillo

Compositeur, vibraphoniste, improvisateur et formateur, Alex Grillo développe des projets originaux avec des musiciens de jazz, de rock, des compositeurs électro-acousticiens, des poètes, des performers, des danseurs ou comédiens en France et dans des pays lointains. Il collabore avec des centres nationaux de création musicale : Césaré/Reims, GMEM/Marseille, CIRM/Nice ; l’INA-GRM, Radio France ; le CNRS ; des centres dramatiques nationaux, des scènes de jazz et scènes nationales. Invité régulièrement en résidence à l’étranger par Cultures France, il est particulièrement attaché au développement du projet « l’Afrique est en nous », avec Daniel Biga, qui a obtenu le grand prix du disque Charles Cros 2007.

André Velter

Né le 1er février 1945 à Signy l’Abbaye dans les Ardennes, André Velter publie son premier livre (Aisha), en compagnie de Serge Sautreau. Il est l’auteur d’essais (avec Marie-José Lamothe) : Le Livre de l’outil, Les Outils du corps, Les Bazars de Kaboul, Ladakh-Himalaya. Principaux ouvrages de poésie : Passage en force, Étapes brûlées, Ouvrir le chant (Le Castor Astral / Écrits des Forges), l’Enfer et les fleurs (Fata Morgana), L’Arbre-Seul, Du Gange à Zanzibar, le Haut-Pays, Zingaro suite équestre, Le septième sommet, L’amour extrême, Une autre altitude (ces trois derniers titres étant dédiés à Chantal Mauduit), La vie en dansant, Au Cabaret de l’éphémère, Midi à toutes les portes, Extases avec Ernest Pignon-Ernest (Gallimard) et Tant de soleils dans le sang (Alphabet de l’espace).

André Velter partage son activité entre les voyages au long cours (Afghanistan, Inde, Népal, Tibet) et la mise en résonance des poésies du monde entier. Sur France Culture, il a créé Poésie sur Parole (1987-2008). Il a également animé Agora (de 1995 à 1998), Poésie Studio (de 1997 à 1999) et les Poétiques, enregistrées chaque mois en public au Théâtre du Rond-Point, avec Claude Guerre (de 1995 à 1999). Orphée Studio, poésie d’aujourd’hui à voix haute, livre-témoignage sur l’expérience des Poétiques a été publié en Poésie/Gallimard. De 2002 à 2004, douze soirées d’Orphée Studio ont été enregistrées en public au Théâtre de l’Aquarium toujours au côté de Claude Guerre. Les chroniques littéraires d’André Velter dans Le Monde s’attachent surtout à l’Orient. Il dirige, chez Gallimard, la collection Poésie/Gallimard. Toute son œuvre poétique est vouée au souffle, à la révolte, à l’amour sauvage, à la jubilation physique et mentale. Résolument attaché à la "voix haute", il tente d’inventer une oralité nouvelle, créant régulièrement avec comédiens et musiciens de vastes polyphonies. Principaux disques édités : Ça Cavale, Le Grand Passage, Jérusalem 2000, La Traversée du Tsangpo, La Faute à qui, Décale-moi l’horaire. Il a reçu le "Goncourt / Poésie" en 1996.


organisée avec L’Entrepôt

Portfolio