Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 323 > La Périphérie du 29e Marché > 30 juin : Autour de Michel Mousseau

30 juin : Autour de Michel Mousseau

lundi 28 mars 2011

Jeudi 30 juin - Halle Saint-Pierre - 20h
Tahar Bekri, Zéno Bianu, Marie Étienne, Yves Jouan, Luis Mizón, Bernard Noël

Entrée libre (dans la limite des places disponibles)
2, rue Ronsard - 75018 Paris


AUTOUR DE MICHEL MOUSSEAU



Soirée de clôture de la Périphérie du 29e Marché de la Poésie. Michel Mousseau recevra ses amis poètes : Tahar Bekri, Zéno Bianu, Marie Étienne, Yves Jouan, Luis Mizón, Bernard Noël

Soirée organisée avec La Halle Saint-Pierre.



Biographies

Marie Étienne

Marie Etienne a passé les 25 premières années de sa vie au Vietnam, en Côte d’Ivoire, en Allemagne, au Sénégal…
Après avoir enseigné dans un lycée de Sologne, elle a travaillé dix ans avec Antoine Vitez, d’abord au Théâtre des Quartiers d’Ivry, puis au Théâtre national de Chaillot, comme Secrétaire général, corollaire littéraire de l’Administrateur. A ce titre, elle avait la charge des Images et des Mots que produisait le théâtre, ainsi que des lectures de poésie. Elle est ensuite passée par l’édition de livres et de revues, dans le cadre de l’Education nationale.
Tout en poursuivant son activité de critique à la Quinzaine littéraire (à laquelle elle collabore depuis 1985), elle s’attache désormais à écrire les nombreux livres dont elle a le projet.
A la multiplicité des lieux de vies et des activités professionnelles, correspondent, presque naturellement, la variété des sujets abordés et des genres .
Si Marie Etienne a vécu dans différents continents, travaillé, outre celui de l’enseignement et de l’édition, dans l’univers du théâtre et de la critique littéraire, elle a également souhaité s’exprimer en poète de son temps (sans oublier la beauté et l’efficacité des formes du passé), et en prosatrice attachée à témoigner et à préserver la mémoire de ce et ceux qu’elle a connus.

Tahar Bekri

Poète né en 1951 à Gabès en Tunisie. Vit à Paris depuis 1976. Ecrit en français et en arabe. A publié une vingtaine d’ouvrages ( poésie, essai, livre d’art ). Sa poésie, saluée par la critique, est traduite dans différentes langues (russe, anglais, italien, espagnol, turc, etc.). Elle fait l’objet de travaux universitaires.

Son œuvre, marquée par l’exil et l’errance, évoque des traversées de temps et d’espaces continuellement réinventés. Parole intérieure, elle est enracinée dans la mémoire, en quête d’horizons nouveaux, à la croisée de la tradition et de la modernité. Elle se veut avant tout chant fraternel, terre sans frontières. Tahar Bekri est considéré aujourd’hui comme l’une des voix importantes du Maghreb. Il est actuellement Maître de conférences à l’Université de Paris X-Nanterre.

Luis Mizon

Luis Mizon est né en 1942 à Valparaíso, au Chili. Il est le fils d’un marin qui passa son enfance à Chillan.
Etudes d’histoire et de droit à l’université de Valparaison. Mémoire de maîtrise : "Histoire et Poésie" chez Saint John Perse. Puis enseigne l’histoire du droit à la faculté de Valparaiso.
En 1974, à la suite du coup d’état militaire, il arrive en France, travaille entre autre comme journaliste à France-Culture, où il fera plusieurs émissions sur le Chili et la poésie latino-américaine et espagnole.
Il suit les séminaires de Picon, Romano, Laplanche, Pomien, Villey à l’Ecole des Hautes Etudes et à la Sorbonne.
Il est présenté à Roger Caillois qui, frappé par sa poésie, traduit Terre prochaine en 1977 et L’Arbre en 1978. Traduit par Roger Callois, et à sa mort par Claude Couffon, avec lequel il poursuit une longue et fidèle collaboration.
Essentiellement poète, il écrit également des romans et est aussi peintre.

Bernard Noël


Bernard Noël est né le 19 novembre 1930, à Sainte-Geneviève-sur-Argence, dans l’Aveyron. Les événements qui l’ont marqué sont ceux qui ont marqué sa génération : explosion de la première bombe atomique, découverte des camps d’extermination, guerre du Viêt-nam, découverte des crimes de Staline, guerre de Corée, guerre d’Algérie... Ces événements portaient à croire qu’il n’y aurait plus d’avenir. D’où un long silence, comme authentifié par un seul livre, Extraits du corps, 1958. Pourquoi je n’écris pas ? est la question sans réponse précise qui équilibre cette autre : Pourquoi j’écris ? devenue son contraire depuis 1969. Cet équilibre exige que la vie, à son tour, demeure silencieuse sous l’écriture, autrement dit que la biographie s’arrête aux actes publics que sont les publications.

Zéno Bianu

Signataire du Manifeste électrique dans les années 1970, Zéno Bianu est l’auteur d’une oeuvre multiforme qui interroge la poésie, le théâtre et l’Orient. Ses écrits (publiés notamment chez Gallimard et Actes-Sud Papiers) entrent en résonance avec les grandes figures-limites de l’art : Antonin Artaud, Van Gogh, Chet Baker, John Coltrane...Homme de théâtre, ses pièces et adaptations ont été jouées au Festival d’Avignon et à l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Familier des poétiques orientales, il a écrit un livre remarqué sur Krishnamurti et composé deux anthologies de haikus.

Yves Jouan

Yves Jouan est né en 1951 au Havre, où il a vécu avant d’habiter et de travailler dans diverses communes de l’agglomération rouennaise. Il a longtemps dirigé des services culturels municipaux, à Canteleu (près de Rouen), puis à La Courneuve. Il a ensuite travaillé aux rencontres chorégraphiques de Bagnolet. Depuis plusieurs années, il vit autour de l’écriture, animant des ateliers dans divers milieux, lisant ses textes et participant à des conférences autour de la poésie contemporaine. Il habite actuellement en Anjou. Il collabore fréquemment avec des plasticiens, des photographes, des chorégraphes. Ecrire, pour lui, commence quand il s’adosse à son figuier ou aux pentes du Jura, quand il respire l’air d’Angers, celui d’Argenteuil ou de la Porte des Lilas.

Portfolio