Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 305 > La Périphérie du 28e Marché de la Poésie > 30 juin : Poétarium catalan, soirée catalano-irlandaise

30 juin : Poétarium catalan, soirée catalano-irlandaise

jeudi 25 mars 2010, par Vincent Gimeno-Pons

mercredi 30 juin - Centre culturel irlandais - 20h/22h - Entrée libre
5 rue des Irlandais 75005 Paris

Périphérie XXXIV, Poétarium catalan#12 : soirée catalano-irlandaise

soirée de clôture de la Périphérie du 28e Marché de la Poésie. Rencontre entre poètes catalans (David Castillo, Carles Rebassa, Núria Martínez-Vernis) et poètes irlandais (Tomás Mac Síomóin et Nuala Ní Dhomhnaill), festivités musicales avec des musiciens jazz irlandais (Ronan Guilfoyle accompagné de Ngûyen Lê à la basse) et musicies catalans Albert Cirera, David Mengual, Ramon Prats.
Buffet de clôture

organisée avec le Centre culturel irlandais et l’Institut Ramon Lull

Tomás Mac Síomóin

Tomás Mac Síomóin est natif de Dublin et biologiste de profession. Avant de se mettre à écrire à plein temps en 1998, il était enseignant et chercheur universitaire. Pendant un temps il s’est consacré à la rédaction de magazines en langue irlandaise Comhar et Anois. Il a aussi été très actif dans une campagne pour l’obtention d’une station de télévision en gaëlique.
Ses nouvelles, ses poèmes et ses articles sont traduits et publiés dans de nombreuses langues. Son roman An Tionscadal a remporté un prix littéraire important durant Oireachtas 2006, et il a remporté le premier prix donné aux nouvelles, en 2005.
Il a écrit en anglais, en irlandais et en espagnol, et ses poèmes et articles ont été traduits et publiés en flamand, serbe, russe, catalan, espagnol et breton.
Il réside en Catalogne depuis 1998

Carles Rebassa

Carles Rebassa a publié Requiescat in pace (Capaltard, 1998) en collaboration avec un autre poète, Pere Perelló, ainsi que Poema B (Ed. 96, 2006) et Els joves i les vídues (Edicions 62, 2006), qui lui a valu le prix Ausiàs March. Il a travaillé en tant qu’acteur, scénariste et accessoiriste avec la troupe de théâtre Mag Teatre sur des pièces tirées d’œuvres de Joan Oliver, Josep Palau i Fabre, Blai Bonet, Joan Brossa et Ramon Llull, entre autres. Avec le guitariste Toti Soler, il a créé à partir d’une anthologie de Joan Brossa un montage poétique intitulé « Un home reparteix fulls clandestins ». Toujours avec Toti Soler, il a monté le spectacle « Deu catalans i un rus », avec la chanteuse Ester Formosa. Avec Biel Mesquida, il a préparé le scénario du film Auca, tiré du poème du même nom de Bartomeu Rosselló-Pòrcel. Il termine actuellement, sous le titre Mite i pols de Blai Bonet, une étude biobibliographique sur le poète Blai Bonet, tout en écrivant un roman qui aura pour titre Prometeu vist de mil maneres.

Núria Martínez-Vernis

Núria Martínez-Vernis (Barcelone, 1976) a obtenu pour son premier recueil de poésie, intitulé L’acròbata tampoc no en sortirà il·lès [« L’Acrobate n’en sortira pas indemne lui non plus »] (2000), les prix Amadeu Oller et Memorial Anna Dodas. Son deuxième livre, Quantes mentides fan una sola veritat [« Combien de mensonges font une seule vérité »] (2003), lui valut le prix Josep Maria López-Picó. Pour Màrius Sampere, sa poésie, « ingénieusement profonde, se refuse sans ambages à se plier aux paramètres conventionnels. Bravant les noirs nuages qu’une telle posture annonce, elle défie et repousse le paratonnerre des règles établies, de la logique pure, cartésienne, et en fin de compte de la tradition, toujours tiède, et de l’aval des lumières académiques. »

David Castillo

Poète, romancier, critique littéraire et journaliste, David Castillo a dirigé le supplément culturel du quotidien AVUI de 1989 à 2007. Il a publié six recueils de poésie en catalan, ainsi que deux anthologies, dont Bandera negra (SIAL, 2000), un choix très personnel de son œuvre poétique. Il a remporté le prix Carles Riba avec Game over (Proa, 1998) et le prix Joan Crexells au meilleur roman catalan (1999) avec El cel de l’infern (Proa, 2003). En 2000, il obtint le prix Atlàntida au meilleur auteur de chroniques journalistiques en catalan et No miris enrere (Proa, 2002) lui valut de remporter le prix Sant Jordi 2001. Ses derniers recueils de poésie sont Menta (La Garua, 2005), Downtown (Icària, 2005) et Esquena nua (Proa, 2006). Il a en outre publié en 2007 avec Marc Sardà le livre Conversaciones con Pepín Bello (Anagrama, 2007).
La poésie de David Castillo fuit la rhétorique, le formalisme creux et l’expérimentation gratuite. Formé pendant les années soixante-dix, il a trouvé une forme d’inspiration dans la poésie du rock - il est l’auteur d’une biographie de Bob Dylan - et dans la culture underground. Il travaille également très régulièrement avec différents groupes de jazz et de blues.

David Mengual

David Mengual (contrebasse), Né à Barcelone le 9 janvier 1970, David Mengual Català a suivi des études de musique à partir de 1986 à l’Aula de Música Moderna i Jazz de Barcelone, au Taller de Músics, au conservatoire municipal d’El Bruc et à l’Escola de Música de Bellaterra. Il a en outre suivi plusieurs séminaires sur le jazz donnés par des maîtres comme Kenny Barron, Ray Drummond, Red Holloway, Mark Turner, Nat Su, Bruce Barth, Ugonna Okegwo ou Barri Harris, notamment.
Il est professeur de contrebasse, de basse électrique, de combo, d’improvisation et de répertoire en diplôme supérieur de jazz au conservatoire du Liceu (la salle d’opéra de Barcelone) depuis 2003.
Il a enregistré avec Paul Stocker (Full Circle, 1995), Georgina Weinstein (Come rain or shine, 1996), Paco Martín (Soy tu luz, 1997), Albert Sanz (Des d’aquí, 1998), Gaël Horellau & David Sauzay (Versus, 1999), Joan Margarit & Pere Rovira (Paraula de Jazz, 1999), Alfons Carrascosa (Sinopsis, 2000), Gabriel Sopeña (Una ciudad para la paz, 2000), Belén Alonso (Cut Loose, 2001), Joan Díaz Trio (Mostrebú, 2001), Lluís Vidal Trio & Mark Feldman (2002), Rocío Faks (Gotas de Luar, 2002), Marc Ayza (Deejah, 2003), L.T.M. Quartet (De Tristano a Monk, 2003), Jarabe de Palo (Bonito, 2003), Llibert Fortuny Quartet & Perico Sambeat (2004), Joan Díaz (Dalirògena, 2004), Jon Robles (95/05, 2005), Free Spirits 500 mg (Menta, 2005), Carme Canela (2006), Francesc Capella Septet (2006) et Silvia de Toro (Descuentos, 2008). Il a aussi participé à la réalisation de plusieurs bandes sonores et DVD, dont Hotel Room, La casa en obres de Blai Bonet, En la ciudad et Recordando a Gerry Mulligan.

Ramon Prats

Ramon Prats (batterie) a commencé par étudier le solfège et la flûte au conservatoire Isaac Albéniz de Gérone en 1992, avant de s’inscrire, en 1997, aux cours de batterie et de saxo du Taller de Música de Banyoles. Il poursuivit ensuite ses études au Taller de Músics de Barcelone, où il se spécialisa dans le combo et l’harmonie. Il a obtenu en juin 2007 une licence en batterie jazz à l’Escola Superior de Música de Catalunya (ESMuC).
Il a suivi plusieurs séminaires sur le jazz donnés par des professeurs comme Dave Liebman, Kurt Rossenwinkel ou Judy Niemac, notamment. Il s’est produit dans les festivals de jazz de Terrassa, Getxo, Sardaigne, Madrid, Valence et Ibiza, et a joué sur scène avec des musiciens de jazz catalan comme Joan Díaz, Rai Ferrer, David Mengual et Dani Pérez, ainsi qu’avec Perico Sambeat, Martirio, Esperanza Spalding, Greg Ward, Ryan Blotnick et Larry Price.
Il fait actuellement partie des groupes Adel Lee Davis Big Band (un CD paru), Mediterraneum Ensemble (un DVD paru), Karión (un CD paru), Apnea (Laia Cagigal Quartet) et Nins7.

Albert Cirera

Albert Cirera (saxo) a commencé ses études de musique à l’Escola de Música d’Igualada en 1987, où il a suivi des cours de solfège et de violon, puis, à partir de 1993, de saxo. Après être passé par différentes écoles de jazz d’Esparreguera et de Barcelone, il retourne à Igualada, où il obtient le diplôme de niveau intermédiaire en saxo. En 2004-2005, une bourse Erasmus lui permet d’aller étudier au conservatoire de La Haye (Pays-Bas), et deux ans plus tard il obtient une licence en saxo jazz à l’Escola Superior de Música de Catalunya (ESMuC).
Il a suivi des cours et des séminaires donnés par B. McHenry, G. Klein, M. Turner, P. Sambeat, P. Metheny, B. Barth, J. Cobb, N. Su, A. Is, B. Golson, K. Rossenwinkel, A. Carrascossa, E. Reinon... Il a également étudié le sound painting avec Walter Thompson. Il a joué dans plusieurs clubs et dans différents festivals de jazz de Catalogne, notamment à Barcelone et à Terrassa, à l’Atac de Jazz de Tàrrega et au Festival Grec de Barcelone, ainsi qu’en d’autres endroits de la péninsule Ibérique, comme Egido, Ezcaray ou Cambre. Il a remporté plusieurs concours de jazz avec les groupes Proyecto Zero, Happy House et Oliver Nelson Project.
Il joue régulièrement avec Pin-Cirera-Legido-Martinez (Freecode, 2007), Seitons’ Tuff, Ismael Dueñas (Himnes i Melodies Cèlebres), A Ship Called Freedom, Nelson Project (Full Nelson, New Mood Jazz, 2007) et Duot (Duot, autoproduit). Il joue aussi en freelance au sein de plusieurs formations.

Ronan Guilfoyle

Ronan Guilfoyle s’est fait une réputation internationale, à la fois comme interprète, professeur et compositeur. Il est un acteur majeur du jazz irlandais. Il est aussi le promoteur en Irlande, de l’instrument dont il joue ; la guitare acoustique basse.
Depuis 1980 il dirige son propre groupe et a fait de nombreuses tournées en Europe, Asie, et Amérique du Nord. Depuis 1993, il compose pour des ensembles classiques, incluant un mélange de partitions écrites et des séquences libres à l’improvisation. Sa musique a été interprétée par des personnages phares du jazz tels que Dave Liebeman, Kenny Wheeler, Keith Copeland, John Abercromble, Andy Laster, Simon Nabatov, Richie Beirach, Tom Rainey, Julian Arguelles, Rick Peckham, et Sonny Fortune.

Nguyen Lê

Musicien qui fait dialoguer ses racines vietnamiennes avec l’influence déterminante de Jimi Hendrix sous le sceau du jazz et de l’improvisation, Nguyên Lê aborde la musique avec une conscience des frontières et le désir de les transcender. Sa carrière prend les apparences d’un voyage, d’une confrontation à l’exotisme et à l’autre, au service d’une poétique dont les couleurs doivent beaucoup à un manière très personnelle d’user des nombreuses sonorités propres à la guitare électrique.

Portfolio