Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 320 > Les amis d’Arlette > Alhau, Max

Alhau, Max

dimanche 4 juillet 2010, par Vincent Gimeno-Pons

Arlette était l’âme du marché de la poésie et, avec quelques autres, la cheville ouvrière. Comment imaginer qu’elle ne viendra plus hanter les allées, bavarder simplement avec quelques poètes ? Arlette, l’universitaire, était aussi grand défenseur de la poésie et elle avait contribué à sauvegarder l’œuvre de P.A.B.
Comment imaginer qu’elle ne sera plus qu’une image, qu’une voix perçue dans les ténèbres de l’absence. Comment ne pas dire banalement : Arlette, vous nous manquez mais vous restez présente parmi nous qui nous sommes reconnaissants pour tout ce que vous nous avez apporté.

Max Alhau.