Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 289 > La Périphérie du 27e Marché > Vivons 120 minutes de poésie !, Périphérie XVIII > Alhau, Max

Alhau, Max

jeudi 14 mai 2009, par Vincent Gimeno-Pons

Né en 1936 à Paris. Il a été professeur de lettres modernes et chargé de mission pour la poésie à Paris X-Nanterre.

Poète, il a publié une vingtaine de livres, parmi les derniers :
À la nuit montante (Voix d’encre, 2002)
Nulle Autre Saison (L’Arbre à paroles, 2002)
Horizons et Autres Lieux (Encre vive, 2004)
Proximité des lointains (L’Arbre à paroles, 2006) Prix Charles Vildrac de la S.G.D.L.
D’asile en exil (Voix d’encre, 2007) Prix Georges Perros.

Nouvelliste, il est l’auteur de 5 livres, le dernier L’État de grâce (2009) a paru aux éditions du Petit Pavé.

Il collabore à Autre Sud, Europe, La N.R.F.



Poème

Tu remontes vers ce pays
que tu croisais encore naguère
quand la lumière s’inclinait
lourde sur toi, sur ta vie.
Tu étais guetteur d’une terre,
d’un jour ou même d’un visage,
ce qui s’appelait l’inconnu.
Devant toi s’ouvrait l’infini
et l’éclat et le feu, ce temps
qui conjuguait tous les instants
sans hâte ni appréhension.
Maintenant la route est déserte,
ton ombre tremble devant toi,
tu ignores où te diriger,
tu tâtonnes dans ton destin.

Tu as franchi l’ultime passe
après laquelle tout s’efface.
De l’autre côté de l’absence
la lumière cogne fort encore.
Rien d’autre ne t’attend :
tu es sourd et aveugle,
délivre de la peur,
léger, sans amertume.

Portfolio