Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 320 > Les amis d’Arlette > Arthuys (d’), Xavier

Arthuys (d’), Xavier

dimanche 4 juillet 2010, par Vincent Gimeno-Pons

J’ai toujours pensé qu’Arlette était une cométe. Etoile filante, morceau de galaxie, météore... Quelque chose comme ça pour moi qui n’ai jamais fait la différence enre l’Etoile et l’Hôtel du Nord.

Cette comète brillera, filera, volera pour l’éternité et nous nous y référerons, nous le regarderons, la commenterons, la éclaterons de rire, la pleurerons quand elle se cachera, tout ça, Arlette, tante Arlette, pour expliquer le monde, le défier, le désagréger, le re-construire, le rêver, le comprendre et le raconter.

Elle nous a accompagné à Cuba, dernière image que je garderais de l’Éloite Lelette. Une filante et une fileuse. Notre Berger.

Je vous embrasse

Xavier d’Arthuys