Bihan, Anne

par Vincent Gimeno-Pons, 4 juillet 2010

Madame Arlette Albert-Birot, ce fut pour moi quelques chaleureux et
toniques échanges par courriels, entre la Nouvelle-Calédonie où je demeure
et Paris, à l’occasion de la préparation de l’opération Artistes en
baraques du Marché de la poésie 2010.
Je n’aurai pas eu la chance de la rencontrer : à mon arrivée place
Saint-Sulpice depuis Nouméa, demandant naïvement où je pouvais la voir et
la remercier pour son invitation si chaleureuse, je fus informée de son
hospitalisation.
C’est Jacques Rancourt du Festival franco-anglais de poésie qui avait
donné mon nom. Elle ne me connaissait aucunement, et pourtant elle a
ouvert grand les portes, et ses paroles furent immédiatement empreintes de
cette rare simplicité de l’élégance. J’avais conscience d’avoir affaire à
une grande dame de la poésie, j’en demeure d’autant plus touchée.
Permettez donc à l’inconnue que je suis de lui rendre hommage, de dire
toute ma sympathie aux siens, à ses amis, à tous ceux qui pleurent
aujourd’hui ce sourire, cette force, cette vie que je n’aurai que devinés.
Merci pour tout Madame.
Anne B.

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Les amis d’Arlette ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : dimanche 4 juillet 2010, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.