Marché Poésie 2018, le Québec invité d’honneur

Accueil > Nouvelle rubrique N° 314 > Bihan, Anne / Fabian, Philippe

Bihan, Anne / Fabian, Philippe

mercredi 12 mai 2010, par Vincent Gimeno-Pons

Anne Bihan

Naît en Bretagne. L’enfance se passe entre fleuve et océan, Loire et Atlantique dont elle arpente les îles : Arz, Hoëdic, Houat, plus tard Bréhat… Puis ce sera Saint-Nazaire, ville portègne et ouvrière, et Douarnenez – Douar-an-Enez, la terre de l’île. Avant Houaïlou en 1993, sur la côte Est de la Nouvelle-Calédonie, et Nouméa où elle réside aujourd’hui.
Poète et dramaturge, elle est l’auteur entre autres d’un roman, Miroirs d’îles, d’une dizaine de pièces et de spectacles pour la plupart créés en scène, en Bretagne et en Nouvelle-Calédonie.
Lauréate en 2003 d’une bourse du Centre national du livre, elle a fait partie de la délégation calédonienne invitée en 2006 par la Comédie française dans le cadre de la Semaine de l’Océanie.
Elle a également publiée ― poésie, nouvelles, essais ― dans diverses revues et ouvrages collectifs, notamment Le Mâche-Laurier, des éditions Obsidiane ; L’Archipel des lettres, revue du Salon du livre insulaire d’Ouessant ; Carnavalesques, revue des éditions Aspects ; La Traductière, etc.

Pour en savoir plus
www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/bihan.html



C’est un peu avant le printemps
un ciel bleu traîne des douleurs migratoires
une dernière branche casse au cerisier
nu
dans les friches du jardin l’oiseau a bu
l’eau sans mémoire.

Des loups hurlent dans les écorces
les feuilles poussant leurs cornes
tiendront jusqu’à l’automne
l’enfant chantonne rien
ne s’avoue encore
ni une hirondelle ni le sang du ciel
pas même la faiblesse des crocs sur une chair
chauffée à blanc.

C’est un peu après l’hiver
inaudible
naît ou meurt sans qu’on sache
bruit de dents hordes insensées
d’oubli d’abandon
une absence de saison.


Poème extrait de
Ciels, recueil inédit © Anne Bihan


Philippe Fabian

PDF - 1.3 Mo

Portfolio