Cambau, Laure / Pozzi, Mirtha

par Vincent Gimeno-Pons, 19 avril 2010

Laure Cambau

Laure Cambau vit à Paris. Pianiste, elle accompagne des chanteurs lyriques,et participe à des lectures poétiques avec improvisations musicales. Invitée au Festival de Poésie Internationale de Trois-Rivières en octobre 2002, à l’Encuentro de Poetas del Mundo Latino à Morelia, au Salon du Livre de Mexico en 2003, au Festival de Struga en août 2007, au Festival de Tetovo (Macédoine) en octobre 2009 et dans diverses manifestations poétiques en France et à l’étranger.
Elle a publié Boulevards Lunatiques, éditions Brocéliande, 1998, L’Homme dans la baignoire suivi de Nuages des Temps Ordinaires, éditions de l’Amandier, 2001), Latifa, la petite fille qui pleurait des mots, conte musical, musique R. Gagneux, éditions Durand, 2000, Et le Pourboire des Anges ?, éditions de l’Amandier, 2005, Le Couteau dans l’étreinte, juin 2007, éditions Phi, Luxembourg, coédition Écrits des Forges, Québec ; ainsi que des livres d’artistes (avec J. Vimard, M. Cambau…). Ses textes sont présents dans de nombreuses revues et anthologies (Seghers 2008, Anthologie de la poésie amoureuse, 2010, Calendriers de la poésie francophone…) et traduits dans diverses langues. Certains ont été mis en musique.
Son prochain recueil, Lettres au voyou céleste, sortira en 2010.

Poème inédit

À la paille
je bois dans des fleurs bleues
un mélange indélébile
qui ouvre en mon corps
une fenêtre avec vue
imprenable sur demain
à Port Main Gauche
je prends le premier bateau pour ta bouche
un tsunami m’emporte
à la frontière du manque
évacuée de naissance
j’apprends à nager aux huîtres
dans un quotidien vu de dos
du raki dans la plume
j’écris aux Dieux de passage
quelques mots
quelques gouttes suffiront
pour enivrer l’équipe du corps de nuit

En images

  • Laure Cambau

Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : lundi 19 avril 2010, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.