Chârulatâ

par 28 mai 2009

Titre : Chârulatâ
Auteur : Rabindranath Tagore
Traduction : France Bhattacharya
Langue d’origine : bengali
Format (en cm) : 12,5 x 19 cm
Pagination : 128 pages
Prix (en euros) : 15
Argumentaire : Riche brahmane, Bhupati n’a nul besoin de se mêler des affaires du monde. Il consacre pourtant sa vie au journal anglophone et progressiste qu’il a fondé. Accaparé par son travail, il délaisse sa femme, la belle et jeune Chârulatâ. Entourée de domestiques, maintenue dans la désinvolture de l’enfance, Chârulatâ s’ennuie. Son mari confie à son cousin Amal, étudiant qu’il héberge, le soin de la distraire par des cours particuliers. Traditionnellement acceptée dans la société indienne, cette intimité avec le jeune beau-frère prend peu à peu un tour passionné. Ensemble ils partagent leur envie d’écrire sans être lus. Pendant ce temps, le naïf et probe Bhupati affronte l’adversité, on le spolie, son beau-frère en tête. Il lui faut déposer le bilan. Amal part en Angleterre étudier le droit et manifestera dès lors à Chârulatâ tous les signes de la désaffection. La très exclusive Chârulatâ découvre l’ampleur de sa passion pour le jeune homme, tandis que son mari, rendu par la force des choses au gynécée, mais ignorant encore l’étendue de sa défaveur, se met pour lui plaire à lire de la littérature et à écrire. Tagore montre admirablement l’évolution des sentiments et, de facto, la transformation des rapports : de l’enjouement gracieux de Chârulatâ à la passion dévoratrice, puis au désenchantement dans son « temple de chagrin », de l’insouciance du jeune homme jusqu’à sa découverte fascinée et manœuvrière des sentiments qu’il inspire. Chârulatâ scandalisera la bonne société bengalie à sa parution, au tout début du XXe siècle. On admire aujourd’hui, outre une lucide critique des mœurs, la très subtile tension érotique dans la peinture de personnages qui se cherchent avec autant d’innocence que de perversité, et, plus singulièrement, les rapports clandestins, rarement explorés, entre séduction et littérature.
Biographie ou Bibliographie de l’auteur : Poète, romancier, dramaturge, musicien, acteur, peintre, Rabindranath Tagore (1861-1941) obtient le Prix Nobel de littérature en 1913. Tagore avait 39 ans quand il écrivit Chârulatâ. Plusieurs de ses biographes ont vu dans ce court roman le souvenir des relations que le jeune Rabindranath avait eues avec la femme d’un de ses frères aînés. Elle n’avait que sept ans de plus que son beau-frère dont elle partageait les goûts littéraires. Elle se suicida à l’âge de 25 ans, quelques mois seulement après le mariage du poète.
Editeur : Zulma
ISBN : 978-2-84304-441-0
Site Internet : www.zulma.fr
Première de couverture : IMG/protege/form3/livre_l_530.jpg
N° de Stand : G4

En images

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Nouveautés 2009 ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : jeudi 28 mai 2009, par
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.
Ces articles pourraient aussi vous intéresser