Marché Poésie 2018, le Québec invité d’honneur

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 54 > Catalogues > Nouveautés Livres 2008 > Civet de lièvre (Le)

Civet de lièvre (Le)

Traités

mardi 13 mai 2008

Titre : Le Civet de lièvre
Sous-titre : Traités
Auteur : Jean Geiler de Kaysersberg
Traduction : Christiane Koch
Langue d’origine : moyen haut-allemand
Format (en cm) : 12 x 18,5
Pagination : 196
Nombre d’illustrations : 1
Prix : 15 €
Argumentaire : Écrivain de premier plan, turbulent autant que truculent, précurseur de la Réforme, Jean Geiler de Kaysersberg (1446-1510) est l’une des plus hautes figures spirituelles de la fin du moyen âge. Son œuvre est considérable et une édition critique est en cours en langue allemande : déjà trois volumes ont paru à Berlin et New-York (1989-1995). En langue française, le présent ouvrage est étrangement le premier volume de traduction qui soit réalisé. Le traité du Civet de lièvre constitue la pièce maîtresse de ce second volume : on explique comment l’acheminement sur la voie spirituelle est en tout point comparable à la préparation d’un bon civet de lièvre. Geiler justifie cette comparaison en exposant les 14 étapes de la préparation d’un bon civet et en montrant comment cette étape se retrouve très exactement dans l’itinéraire du progrès spirituel. Présentant cet étonnant petit traité, Mgr Doré écrit ce bel éloge : « Son civet de lièvre est toujours réservé au coin du feu. On pourra donc toujours le savourer longuement : je suis heureux de pouvoir, ici, inviter sans réserve à le faire. » Pour en donner une idée, citons quelques lignes : « Si on préparait un lièvre en civet sans le dépiauter, on aurait un repas détestable ; les poils colleraient sans arrêt aux dents. Il est donc indispensable de le dépiauter. C’est ce qu’il faut aussi faire pour le lièvre qu’est l’être humain spirituel : il faut lui tirer la peau par-dessus les oreilles, le larder et le rôtir, bien l’assaisonner pour pouvoir le manger ; il faut préparer la marinade – je parlerai de tout cela plus tard, le moment venu, Dieu voulant. » Autre exemple : « La onzième caractéristique du lièvre, c’est qu’il faut le larder. En lui-même il n’a pas de graisse. C’est une petite bête maigre et efflanquée ; il faut donc lui ajouter du gras pour qu’elle ne brûle pas au feu. Et toi, si tu ne veux pas brûler au feu des contrariétés de la vie à cause de ton manque de patience, il est bon que tu sois lardée et fortifiée par la graisse de la méditation et de l’amour. »
Editeur : Arfuyen
ISBN : 978-2-845-90118-6
Site Internet : http://www.arfuyen.fr/