Debon, Claude

par Vincent Gimeno-Pons, 4 juillet 2010

Arlette si chère, tu as vécu pour, de, par, avec la poésie et les poètes. Des poètes morts et vivants dont, globe-trotter toujours sur la brèche, tu étais l’amie, le manager, le passeur. Tu y as laissé ton cœur que tu croyais infatigable. Ton retrait à jamais silencieux nous prive d’une prodigieuse mémoire de plus de cinquante ans de poésie et d’une présence dont on voit mal comment se passer. Ma seule consolation est de penser que tu as pu choisir ta vie et que tu en as fait ce que tu voulais. Adieu, bonne fée. Repose en paix.
Claude Debon

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Les amis d’Arlette ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : dimanche 4 juillet 2010, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.