Fédérop (éditions) / Bernadette Paringaux

par Vincent Gimeno-Pons, 4 juillet 2010

Pour Arlette :

Nous ignorions qu’elle était malade et aux portes de la mort. Nous la cherchions des yeux d’un bout à l’autre du Marché de Saint-Sulpice, étonnés de ne pas croiser son sourire. Puis, le dimanche, à l’ouverture d’une présentation sur le podium, Vincent Gimeno nous dit qu’il fallait penser à Arlette, “qu’elle en avait bien besoin”… Nous ne l’oublirons pas, nous n’oublirons pas tout ce qu’elle fit pour la poésie, les poètes et les éditeurs… Son extrême gentillesse et sa générosité. Merci Arlette.


Bernadette Paringaux
éditions fédérop

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Les amis d’Arlette ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : dimanche 4 juillet 2010, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.