Guyon, Robert

par Vincent Gimeno-Pons, 5 juillet 2010

Cher Vincent Gimeno,
La nouvelle de la fin si brutale d’Arlette m’a profondément,me navre et c’est à vous que j’adresse mes condoléances, n’ayant plus aucun contact avec elle.

C’est une longue amitié qui s’achève. Nous nous étions rencontrés en 1969 et elle m’a toujours accordé sa confiance : elle avait fait publier mes poèmes à La Barbacane, d’abord, à Métamorphose, aux Cahiers bleus, puis à deux reprises dans sa belle revue Création...

Est-ce qu’Arlette était déjà hospitalisée le 16 juin passé, pour la soirée des baraques, est-ce que je l’ai, elle aussi, manquée, comme vous ? Ce serait trop triste !

Très cordialement

Robert Guyon

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Les amis d’Arlette ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : lundi 5 juillet 2010, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.