Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 320 > Les amis d’Arlette > Helft, Claudine

Helft, Claudine

lundi 5 juillet 2010, par Vincent Gimeno-Pons

Monsieur, Madame ,

comme suite à nos derniers
cet INEDIT extrait de mon livre à paraitre en 2O11 (en principe edit de la différence) UN PUISSANT SILENCE .


Nous étions souffrance, mais nous étions ferveur
dans la lente avancée des nuits aux odeurs
d’aisselles et de printemps.
Nous étions douleur, mais nous étions des vivants
Nous étions la vie, la forêt la pluie,
et tous les éléments qui fondent la terre,
la souche d’un corps grandi
dans le mystère de l’amour et le secret
du vent, dans l’attente pluvieuse de la femme,
la gloire de l’homme-enfant
quand s’émondaient nos cœurs
aux embellies d’un monde en détresse ;
une poussière qui meuble un prêt du ciel
quand s’égrenait en pollen le trop de richesse
des branches nues ; hanches , accroche - ronces,
tapis de mousse ou couraient
les cerfs des vastes clairières, lorsque nous ,
surpris à glaner un seul rai de lumière
dans la percée sauvage d’un éclair
nous riions de n’être que deux et l’Univers.
CLAUDINE HELFT