Marché Poésie 2018, le Québec invité d’honneur

Accueil > Nouvelle rubrique N° 364 > La Belgique, invité d’honneur 2015 > Jooris, Roland

Jooris, Roland

dimanche 10 mai 2015, par Vincent Gimeno-Pons

JPEG - 123 ko
Roland Jooris. Photo Filip Claus

Roland Jooris (1936) n’a publié en une quarantaine d’années qu’un nombre restreint de recueils de poèmes, qui lui ont toutefois valu une solide réputation. Dans sa poésie, Jooris part à la recherche des points de contact entre le poème et la réalité. Par la suite, la réalité continue d’être le point de départ de son œuvre, mais l’auteur essaie de l’épurer encore davantage et de la transformer en une donnée de quiétude, d’imagination et de spiritualisation. La poésie de Jooris évolue progressivement vers plus d’ascèse langagière et de sérénité, allant de la visibilité concrète à une contemplation plus abstraite, de l’euphorie provoquée par la réalité en tant que poésie, à un épurement de la poésie comme réalité. Sa poésie se distingue par sa grande capacité plastique, par la pureté des lignes et de l’expression. La poésie française (André du Bouchet et Pierre Reverdy, par exemple) joue un rôle important dans ses écrits, tandis que la peinture constitue une seconde source d’inspiration. Avec Bart Van der Straeten il a publié en 2014 Sculpturen, une anthologie qui présente son œuvre.

Roland Jooris participera à la Périphérie du mardi 19 mai (Poème2, 20 h)