Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 305 > La Périphérie du 28e Marché de la Poésie > 16 juin : 100 poètes + 100 artistes = 200 minutes de poésie > Labrusse, Hughes / Sy, Tidiane

Labrusse, Hughes / Sy, Tidiane

jeudi 13 mai 2010, par Vincent Gimeno-Pons

Hughes Labrusse

Poète, essayiste, né en 1938. Professeur honoraire de Philosophie. Collaborateur de Inamori Foundation (Kyoto Prizes), Membre du Centre régional des Lettres de Basse-Normandie. Vit à Caen (France). Marié, cinq enfants. Auteur de La Complainte de l’Île Saint-Louis (Oswald, 1961), Poèmes pour que s’accomplisse (Oswald, 1966), L’Oiseau le Feurre l’Arme (Oswald, 1968), L’Oiseau inaugural (poèmes pour une cantate de J.J.Werner, ORTF 1971), Le Temps ranime (La Barbacane, 1973). Équerre Embarcation (Sud, 1976). Présence abîmée (Rougerie, 1978), Rome, ou quand on a un cœur et une chemise (La Barbacane, 1978), Deuil blanc (Rougerie, 1980), Le Langage séduit (Rougerie, 1983), La Dame du Désert (Rougerie, 1986), Terrena l’arbre excessif (Sud, 1986), Trente Petites Gravures à lire les yeux fermés (Rougerie, 1990), Le Donateur (Amiot-Lenganey, 1991), De la fin du vol des oiseaux (Rougerie, 1993), Michel Mousseau, le temps de peindre (Monographie, J.M. Place, 1993), L’Enfant au Balcon suivi de son Double (L’Inventaire, collection D’Autres Lieux, 2000), Précaires (Dumerchez, 2002). Théâtre de Sable (Alain Benoit, 2002), Mes Spectres (bilingue français-polonais, 2001 – bilingue français-roumain, 2006). Mes Spectres (version intégrale, Europia, 2008). Rien qu’une apparition, monographie, éditions Lieux d’Être, avril 2009. Nombreuses publications et traductions dans des collectifs ou des revues, notamment le dernier ouvrage en date, Pour Haïti, Desnel, 2010.
Hughes Labrusse a représenté la France, en 2009, au festival international des Soirées poétiques de Struga.
hughes@labrusse.com



Un châle sur la bouche


une ligne de biais
le visage à couteaux tirés
près de la nuit
dans son aurore close

une rive où rien ne se garde
une rive où la mémoire aime l’oubli
mais en toi
la fissure de l’écorce
te hisses
vers l’effacement de la date clouée au nom

je traversais ce dédale
juste après le printemps dans cette scène de crime
sous ces regards que personne ne partage
ici le temps te manque
dans ton sommeil démuni
tu es sa cible et son deuil

dans cette lampe que forment les mains
rondes
la lumière chérit le voile
et ce plissé des doigts
quand le visage se dérobe doucement
sous la réverbération du sang

la ciel a toujours criblé d’étoiles la naissance et la mort
pour les exposer au silence
au refus d’apparaître
face à face

Mai 2010, Hughes Labrusse




Tidiane Sy

Mon compère est un slameur. Il s’appelle Tidiane SY.
Tidiane / Le Barde Productions
« Tidiane est un souffleur de vers, un charmeur de tympans qui exprime un uni-vers dans lequel la parole est une perle, nichée au creux d’un écrin d’harmonies légères ou de grooves puissants… »
Je l’ai rencontré au théâtre de la Nacelle, lors d’une Nuit de la Poésie. En février 2010, il a accompagné la troupe de La Male Herbe au Mali pour y réciter, notamment, l’histoire du roi Soudiata Keita.

Portfolio