Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 344 > Catalogues du 31e Marché de la Poésie > Nouveautés > Lapins, lapins

Lapins, lapins

Luo Ying

mercredi 17 avril 2013

Titre : Lapins, lapins
Auteur : Luo Ying
Traduction : Shuang Xu
Langue d’origine : chinois
Format (en cm) : 14 x 20,5
Pagination : 104 pages
Prix (en euros) : 12 €
Argumentaire : « C’est de l’Enfer dont il est question dans ces textes. La nouveauté est que la vision du lieu prolixement décrit par Dante revienne aujourd’hui, réadaptée à notre temps, de Chine. Double exotisme, en somme ! La poésie de Luo Ying exprime une critique universelle de nos sociétés modernes, tous horizons confondus. À bien des égards, et comme on s’en rend vite compte soi-même en parcourant le pays, la Chine contemporaine semble être une vision accélérée du développement occidental qui se sera étalé, quant à lui, sur deux siècles. L’ahurissante poussée des immeubles et des tours dans les villes, à l’américaine, rapetisse et disqualifie les anciens monuments, dont le plus notoire, le Temple du ciel à Beijing, n’a certainement rien à voir avec le ciel que percent les structures métalliques contemporaines. Serait-ce cette compression forcenée de l’espace comme du temps qui a poussé Luo Ying, observateur effaré, à recourir à la vision simplifiée de la fable ? Luo Ying manie impitoyablement l’ironie, sans laisser la moindre parcelle d’espoir à une quelconque amélioration humaine. Chez lui, pas de hurlement lyrique, comme du fond de l’Enfer new-yorkais d’Allen Ginsberg, rien que de la froideur et de la lucidité. Car la catastrophe n’est plus à prédire ni à éviter ou à surmonter, comme on le croyait encore dans l’ère post-atomique, elle est survenue, et nous nous y sommes habitués au quotidien. » Jacques Darras
Biographie ou Bibliographie de l’auteur : LUO YING, de son vrai nom Huang Nubo, est né en 1956 dans une famille militaire, à Lanzhou, dans la province du Gansu, située au nord-ouest de la Chine. Alors qu’il est âgé de 2 ans, son père est affecté à Yinchuan, dans le Ningxia, où toute la famille s’installe. Peu après, la campagne politique dite « antidroitière » (1957-1958) frappe le clan : le père, injustement condamné comme « contre-révolutionnaire », se donne la mort en signe de protestation. La mère, seule avec quatre enfants en bas âge, travaille dur pour nourrir la famille. À l’âge de 13 ans, Luo Ying perd sa mère, victime d’une intoxication au gaz. À la fin de ses études secondaires, comme tant d’autres « jeunes instruits » de sa génération, Luo Ying est envoyé à la campagne, dans le Ningxia, pour apprendre la vie des paysans. En1977, lors de la réouverture du concours national d’entrée aux universités, concours aboli durant la Grande Révolution culturelle (1966-1976), Luo Ying est admis dans le département d’Études chinoises de l’Université de Pékin. Diplômé en 1981, il travaille d’abord comme fonctionnaire. Dix ans plus tard, il démissionne de la fonction publique et se lance dans les affaires. En 1995, il crée le Groupe Zhongkun (ZK), spécialisé dans l’investissement concernant l’urbanisation, le tourisme et les actions culturelles. Il en est toujours le directeur général. Passionné d’alpinisme, Luo Ying atteint avec succès sept des sommets les plus élevés au monde, le Kilimanjaro (5 859 m, en 2005), le Qomolangma (8 844 m, en 2009, 2010 et 2011), le McKinley (6 194 m, en 2009), l’Elbrus (5 642 m, en 2009), le mont Vinson (4 897 m, en 2010), l’Aconcagua (6 964 m, en 2010), la pyramide de Carstensz (4 884 m, en 2010) et le Cho Oyu (8 201 m, en 2008). Il faut y ajouter ses expéditions accomplies au pôle Sud (3 800 m, en 2009) et au pôle Nord (en 2011). Parallèlement à ses activités d’homme d’affaires et d’alpiniste, Luo Ying est écrivain. Il commence à écrire des poèmes dès l’âge de 14 ans, et publie son premier livre en 1978. Son premier recueil de poèmes date de 1992 (Cessez de m’aimer), suivi de Adieu, la mélancolie (1995) et Fleurs naissantes (2003). À partir de 2005, Luo Ying cherche une nouvelle forme d’expression poétique avec la pratique d’une prose-poème réinventée à partir de la rhapsodie traditionnelle chinoise (fu). Ayant pour décor la mutation de la société chinoise en plein essor économique, ses nouveaux recueils de poèmes – Errance urbaine (2005), Lapins, lapins (2008), La Neuvième nuit (2011) –
Editeur : Le Castor Astral
ISBN : 978-2-85920-954-4
Site Internet : http://www.castorastral.com/index.php
N° de Stand : 400