Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 305 > La Périphérie du 28e Marché de la Poésie > 16 juin : 100 poètes + 100 artistes = 200 minutes de poésie > Longchamp, Philippe / Charles Gallissot

Longchamp, Philippe / Charles Gallissot

jeudi 13 mai 2010, par Vincent Gimeno-Pons

Philippe Longchamp

Pour ma photo en fichier joint, il faut créditer le photographe : Michel DURIGNEUX. Pour les trois photos , aussi en fichier joint, reproduisant des peintures de Charles Gallissot, c’est lui-même qui en est l’auteur.
Biographie

Philippe Longchamp est né en mars 1939 à Boulogne-Billancourt, second d’une fratrie de sept. Après un bac scientifique et un diplôme d’ingénieur électronicien, il a travaillé jusqu’en 1969 dans le Groupe de Recherches Technologiques du Service de la Recherche de l’ORTF, que dirige alors Pierre Schaeffer. Pendant ce temps, il fait des études littéraires. Il devient professeur de Lettres dans des classes de lycées techniques, dans la banlieue de Paris puis à la porte de Clignancourt. Avec bonheur, plus de trente années, ce travail ! Depuis juin 2002, il est libre de son temps, et s’occupe désormais beaucoup de poésie.
Un premier travail partagé avec Charles Gallissot est paru dans le numéro 13 (Hiver 2006 – Printemps 2007) de la revue Travioles, avec des poèmes extraits de Quelques degrés à l’ombre, et des peintures à l’encre de Chine extraites du recueil À l’ombre, mouillés.

Bibliographie
Et dessous, le sang bouscule, Cheyne éditeur, collection Verte, 2003
Des pas de crabe sur du jaune, même éditeur , collection Grands Fonds, 2004
La Ville du jardin des Latitudes, Editions L’idée bleue, 2004
Soleil pas d’équerre, Cheyne éditeur, collection Verte, 2008
Des saisons plutôt claires, anthologie, établie et préfacée par Antoine Emaz, des ouvrages parus avant 2000, Editions L’idée bleue, 2009



Bruissement
(Extrait)

La vie que la musique allume

porte tout, le fait en douceur,
le fait dans une ivresse douce.

L’avenir danse à l’avant-scène
à contre-jour. Toute la grâce
possible offerte comme rien,
comme d’avoir les pieds sur terre
mais la grâce avec. Ce qui fuse
d’entre les couleurs est docile
et délicat ; même les rouges
font violence avec retenue.

Au vif, devant ce mur de brique
à gros joints de ciment qui bavent,
sourdent les musiques allègres.
Si loin qu’on soit dans le silence,
on les entend par l’intérieur




CHARLES GALLISSOT

Né en 1950, peintre, et professeur d’arts plastiques en région parisienne, dans une classe préparatoire à l’enseignement supérieur.
Depuis vingt ans se consacre exclusivement aux comportements et à la représentation d’éléments naturels, à l’encre noire sur papier, pour interroger des questions de peinture, particulièrement la résistance du support au figuré.
Des ensembles sont regroupés sous forme de recueils à caractère ontologique : Le clos ; Le couvert ; Au cœur des ténèbres ; Matières à réflexion ; À l’ombre, mouillé ; Cartographie des pissenlits ; Le ciel comme la terre ;…

Portfolio