Marché Poésie 2018, le Québec invité d’honneur

Accueil > Nouvelle rubrique N° 314 > Moussempès, Sandra / Ferry, Joffrey

Moussempès, Sandra / Ferry, Joffrey

mercredi 21 avril 2010, par Vincent Gimeno-Pons

Sandra Moussempès

Née en 1965 à Paris ou elle a vécu la plupart de son temps. Après avoir résidé à Londres, Rome, Marseille, elle vit actuellement dans le Gard.
Elle a été pensionnaire de la Villa Médicis et lauréate de la Villa Kujoyama.
Parallèlement à son travail d’écriture, elle pratique le chant (improvisation et musique électronique) et réalise des pièces vocales.


Livres publiés

Photogénie des ombres peintes, Flammarion, coll. Poésie, 2009.
Biographie des idylles, éditions de l’Attente, 2008.
Le Seul Jardin japonais à portée de vue, Éditions de l’Attente, 2005.
Captures, Collection Poésie/éditions Flammarion, 2004.
Vestiges de fillette, Collection Poésie/éditions Flammarion, 1997.
Hors Champs, éditions C.R.L Franche-comté, 2001.
Exercices d’incendie, éditions Fourbis, 1994.



(Poème inédit)


Tout cela est noté directement sous la pile de secrets (II)

Une série de non-dits fermenté dans du sirop de grenadine comme pièces majeures du Muséum Inquiries suivant un arrangement bien précis et des modalités à respecter, à RETOURNER IMPÉRATIVEMENT :

1)
Le paragraphe est effacé.

2)
Dans une chambre voilée : un corridor externe apprend aux individus à devenir cinéphiles de leur vies associées : en oubliant qu’ils existent, les personnages vont se cloitrer en cloisonnant leur pensées, pour finir par habiter les livres de leur enfance et les pensées qui s’y relient.

3)
Transmuter les « secrets » en performance et les personnages en « sculptures décisives » ce parcours sera effectué afin de permettre la restitution de tout instant convoité : lieux, horaires, activités, représentations, qui évoquent LA LUEUR

4)
Les séries télescopées s’enchevêtrent de codifications théâtrales ou romanesques afin de faire dévier le sujet « hors temps » (image/temps/interprétation/mise en scène/emplacement de la lumière)

5)
Le sort d’une princesse en pullover noir, Cendrillon version nippone meurtrie. Les Alice 8 se refont une beauté pourpre avant de s’engouffrer dans une limousine citronnée à la façon des goûters trop sucrés pour petites filles dociles (avec des collants noirs qui refont surface un jour).

Joffrey Ferry

plasticien, né à Avignon, vit à Paris.
Nombreuses expositions en France et à l’étranger.
"La peinture fonde la démarche de Joffrey Ferry très en amont du geste. Le travail de collecte d’images qu’il effectue nourrit et construit déjà des superpositions et juxtapositions mettant en jeu sujets, lignes et couleurs. Le pinceau vient ensuite retranscrire ces assemblages. Ses toiles affichent outrageusement les signes d’un imaginaire pluriel jouant avec des codes glamour, pop et rock’n roll… Ses références sont élidées, morcelées. Les images créées deviennent les éléments d’une nouvelle construction et sa démarche s’étend ainsi à l’accrochage -en tapisserie- devenu composition picturale."



Notre intervention commune s’appellera Confrontation(s)

Portfolio