Oikawa, Marianne, Shigeru et Akira

par Vincent Gimeno-Pons, 7 juillet 2010

Cher Vincent,
Voici tout ce que j’ai pu écrire, tout le reste est bloque au dedans. Je vous remercie pour cet hommage sur le site du Marche, et pour celui qui sera rendu aujourd’hui a Arlette sur sa tombe. Je vous embrasse,
Marianne


Chère Arlette,
Où êtes-vous ? Vous avez été pendant longtemps au bout du mail. Entre nos embrassades, deux fois par an, vous étiez toujours derrière la machine, pour une petite conversation avec le café du matin. En février dernier, à Paris, nous nous sommes, comme d’habitude, raconté tout Tokyo, Ouistreham et le reste du monde. Et puis, comme d’habitude, nous avons continué du bout des doigts. Nous devions nous revoir dans cinq mois, tout cela passe si vite. Tous vos mails sourient encore dans ma boîte aux lettres, le dernier daté du 2 juin... Je suis habituée à vivre avec l’absence, mais cette absence-là est trop forte. Arlette, où êtes-vous ? Je vous cherche encore. Nous vous embrassons de tout cœur.
Marianne, Shigeru et Akira Oikawa

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Les amis d’Arlette ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : mercredi 7 juillet 2010, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.