PAYSAGES DU CIEL

par 7 mai 2010

Titre : Paysages du ciel
Auteur : René Schickele
Traduction : Irène Kuhn et Maryse Staiber
Langue d’origine : allemand
Format (en cm) : 13,5 x 20,5
Pagination : 132
Prix (en euros) : 12
Argumentaire : L’écriture de René Schickele, écrit Thomas Mann, est « toujours comme un épithalame qui unirait la France et l’Allemagne ». Figure essentielle de l’expressionnisme, puis romancier de premier plan, René Schickele est tout à la fois l’un des plus grands écrivains de langue allemande de l’entre deux guerres et une figure de proue du patrimoine littéraire de l’Alsace. Il reste cependant aujourd’hui encore très peu traduit et sa personnalité souvent incomprise. Ses prises de position internationalistes et pacifistes, son éthique de la non-violence, sa dénonciation des totalitarismes de tout bord témoignent de la haute conscience qui anime cette grande œuvre. L’agressivité avec laquelle les idéologues nazis s’en prirent à ses livres, en les brûlant sur leurs bûchers, confirme combien Schickele a été l’un des plus fermes opposants à toute idéologie nationaliste et, plus encore, fasciste. Dans le même temps, son grand mérite de penseur a été d’ouvrir la voie avec une inlassable énergie à la réconciliation franco-allemande et à la construction européenne. René Schickele, décédé le 31 janvier 1940, il y aura 70 ans, va très bientôt devenir un classique en entrant dans le domaine public. Trop longtemps son œuvre a été l’otage d’injustes polémiques qui l’ont utilisée tour à tour comme porte-drapeau ou comme repoussoir. Il est grand temps de jeter sur cette œuvre et cette personnalité un nouveau regard. C’est dans ce but que la BOURSE DE TRADUCTION 2010 DU PRIX DU PATRIMOINE NATHAN KATZ a été attribuée Maryse Staiber, directrice de l’Institut d’études allemandes de l’Université de Strasbourg et spécialiste de l’œuvre de René Schickele, et à Irène Kuhn, professeur émérite et spécialiste de l’œuvre de Brecht.
Biographie ou Bibliographie de l’auteur : René Schickele est né en 1883 à Obernai, dans l’Alsace annexée par le Reich allemand. Son père est originaire de Mutzig et sa mère, francophone, du Territoire de Belfort. L’allemand, langue de l’école, deviendra la langue de cet écrivain pourtant viscéralement opposé à l’Allemagne militariste de Guillaume II, et plus encore au totalitarisme nazi. Dès 1901, il fonde à Strasbourg la revue d’avant-garde Der Stürmer qui défend la vocation médiatrice de l’Alsace entre France et Allemagne. En 1909, journaliste à Paris, il est fortement impressionné par le socialisme pacifiste de Jaurès qui restera sa référence essentielle. Quand éclate la Première Guerre mondiale, il se réfugie en Suisse et transforme la revue Die weißen Blätter en un organe de l’internationale pacifiste. En novembre 1918, il est à Berlin où il œuvre à une révolution socialiste et pacifiste. En 1922, il s’installe à Badenweiler, se définissant lui-même comme « citoyen français und deutscher Dichter ». C’est durant cette période qu’il écrit sa grande trilogie romanesque, Das Erbe am Rhein (1926-1931). Il est élu à l’Académie de Berlin, en compagnie de Thomas Mann. Pris à partie par la presse nazie, il part dès 1932 pour la Provence. Son dernier texte Le Retour, marque son retour à la langue de sa mère. Il meurt à Vence, le 31 janvier 1940.
Editeur : Arfuyen
ISBN : 978-2-845-90146-9
Site Internet : http://www.arfuyen.fr
N° de Stand : B 8

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Nouveautés Livres et revues 2010 ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : vendredi 7 mai 2010, par
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.
Ces articles pourraient aussi vous intéresser