Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 305 > La Périphérie du 28e Marché de la Poésie > 16 juin : 100 poètes + 100 artistes = 200 minutes de poésie > Pagès-Pindon, Joëlle / Wehage, Paul

Pagès-Pindon, Joëlle / Wehage, Paul

mercredi 21 avril 2010, par Vincent Gimeno-Pons

Joëlle Pagès-Pindon

Spécialiste de l’œuvre de Marguerite Duras (Vice-Présidente de l’Association Marguerite Duras), professeur de Chaire supérieure, poète.
Joëlle Pagès-Pindon est l’auteur d’une monographie sur l’écrivain, Marguerite Duras parue en 2001 aux éditions Ellipses. Elle a, entre autres publications, collaboré au Cahier de l’Herne « Duras » (2005), à La Revue des Lettres modernes Minard « Série Duras »(2009), ainsi qu’au DVD du film de Michelle Porte, L’Après-midi de Monsieur Andesmas, interprété par Michel Bouquet et Miou-Miou (Production MK2, 2006). À travers divers articles et conférences en France et à l’étranger, elle s’intéresse aux relations qui se tissent entre l’imaginaire et le vécu, le corps et la mémoire dans l’œuvre de Duras. À ce titre, elle a eu l’occasion d’intervenir dans différents théâtres autour de mises en scène de textes durassiens (Centre dramatique de Rouen, Théâtre du Lucernaire, Théâtre de la Colline, Théâtre Artistic-Athévains à Paris).
Agrégée de Lettres classiques, elle enseigne la littérature latine en Khâgne (Janson de Sailly, Paris) et est l’auteur de plusieurs manuels de littérature française aux éditions Nathan (en collaboration avec Alain Pagès).
Parallèlement, elle poursuit un travail poétique qui s’est traduit par la conception de jeux littéraires, parus sous le pseudonyme de Catherine Segat dans divers journaux (Le Matin, Jeux Magazine) et répertoriés sous la rubrique « Poèmes mécaniques » dans Le Petit Larousse des jeux (1999). Elle a publié des textes dans différentes revues poétiques : Triages n° 15 ; Midi n° 16, n° 17, n°18 ; Encres Vagabondes n° 30 ; Passage d’encres n° 23 (2005) ; Le Frisson esthétique n° 4 (2007), n° 6 (2008), n° 7 (2009) ; Cahiers Jean Tardieu « Quarante poètes pour Tardieu » (éditions Calliopées, 2009).
Intéressée par le dialogue entre les arts, elle collabore avec différents artistes (sculpteurs, peintres, musiciens ou comédiens) pour des ouvrages ou des spectacles. Les éditions Musik Fabrik ont publié en 2006 un recueil de cinq de ses poèmes mis en musique par Paul Wehage pour quintette vocal (Éclats d’ombre, 2006).
Naissances d’argile, avec des créations originales de Marie-Pierre Thiébaut, 2010, « Les Mots qui couvent », éditions du Frisson esthétique.



Écrire ou l’impossible unité


UN et UN
Étrange reflet que l’autre
Trompeuse symétrie
De la ligne graphique
Qui assigne la droite
Qui assigne la gauche


UN
et
UN
Et voici confondus
L’être et l’image
Quand Narcisse bascule
Dans la glace de l’eau
– Mais toujours pourtant
Entre deux
Le temps de la répétition
Et l’espace éclaté


Sauf à te couvrir
Espace
Du mètre de mon corps
Quand mes pas se suspendent
Et s’enracinent
En élan de naissance éternelle
U
N
U


Joëlle Pagès-Pindon



Paul Wehage

Musicien
Depuis ses études à l’Université de Texas à Austin et au CNSM de Paris, le saxophoniste, compositeur et chef d’orchestre Paul Wehage mène une carrière sur plusieurs continents en tant que concertiste et intervenant pour des cours magistraux.
Autant impliqué dans la promotion de la musique française que dans celle de son Amérique natale, il travaille à la fois comme chambriste et comme soliste avec orchestre, dans la production lyrique et dans le cadre de la musique pour la scène Depuis 1997, il dirige les éditions musicales Musik Fabrik avec le compositeur Jean-Thierry Boisseau.
Sa collaboration avec Joëlle Pagès-Pindon a débuté autour de l’œuvre de Marguerite Duras à Trouville en 2005. Au cours du 10e Hommage à Marguerite Duras (1-2 octobre 2005) , Joëlle Pagès-Pindon présentait le spectacle théâtral de Claire Deluca et Sophie Lahayville, « Nevers », d’après les appendices d’Hiroshima mon amour (interprétation Claire Deluca et Sophie Lahayville, composition musicale et saxophone Paul Wehage), évoquant le musicien en ces termes : « En contrepoint, ni paraphrase ni scansion, Paul Wehage fait surgir la modulation particulière du saxophone. Singulière et envoûtante, sa phrase musicale vient recueillir, dans le creux de la parole, le corps immatériel de nos émotions partagées ».
En 2006, Paul Wehage a mis en musique cinq des poèmes de Joëlle Pagès-Pindon (Éclats d’ombre, mis en musique par Paul Wehage pour quintette vocal, éditions Musik Fabrik, 2006)

Portfolio