Poètes de Singapour

par Vincent Gimeno-Pons, 30 mai 2012

Voici les poètes de Singapour qui seront présents au 30e Marché de la Poésie

Heng Siok Tiang

JPEG - 140.2 ko
Heng Siok Tiang


HENG Siok Tiang, poète de langue anglaise, est née en 1963. Elle a complété un baccalauréat ès arts (avec distinction) et une maîtrise en littérature anglaise à l’Université nationale de Singapour (NUS) en 1986, ainsi qu’un master ès sciences en Sciences de l’information à l’Université technologique de Nanyang. Elle a commencé à écrire tout en fréquentant la National University of Singapore, et a remporté le premier prix à la NUS Competition 1985/86. Elle est l’auteur de cinq recueils de poèmes : Crossing the Chopsticks and Other Poems (1993), My City, My Canvas (1999), Contouring (2004), ainsi que Is My Body a Myth et Mixing Tongues (2011). Ses poèmes ont souvent été retenus dans des anthologies. Elle a participé en 2000 au Writing Program de l’University d’Iowa. Enseignante de profession, elle est aussi l’auteur de nouvelles (« A Choice of Two Salads » a été traduit en italien), ainsi que d’une pièce de théâtre, The Lift, qui a été montée en 1991 par une troupe professionnelle à Singapour.

Aaron Maniam


Aaron MANIAM est diplômé avec les honneurs de première classe en Philosophie, politique et économie du Somerville College d’Oxford, et a obtenu une maîtrise en Economie internationale et développement de l’université de Yale. Son premier recueil, Morning at Memory’s Border (« Le Matin à la frontière de la mémoire »), paru en 2005, a été nominé pour le Singapore Literature Prize en 2007. En 2003, il a remporté le premier prix du Golden Point Award for English poetry. Ses poèmes ont été largement publiés en anthologie. Ancien élève du Creative Arts Programme (CAP), il aide à présent à la formation de jeunes écrivains dans le cadre du CAP et du National Arts Council’s Mentor Access Programme.

Chandran Nair


Chandran NAIR (né en 1945) a fait ses études à la Raffles Institution et à la University of Singapore (MSc, biologie marine). Il est l’auteur de Once the Horsemen and Other Poems (1972), After the Hard Hours, This Rain (1975), Poems and Lyrics of the Last Lord Li (avec Koh Ho Ping, 1975), ainsi que de Reaching for Stones (Collected Poems, 2010). (1975), Il a remporté le New Nation Short Story Prize en 1973 avec "Leta", a été en 1976 le fondateur-président de la Society of Singapore Writers (Société des écrivains de Singapour). Il a par ailleurs édité en 1977 Singapore Writing et Short Stories from Asia and Africa (1977). Il est signataire de l’ASEAN Writers Declaration, qui énonce les objectifs, les droits et les responsabilités des écrivains dans le contexte national comme dans celui du Sud-Est asiatique. Après une carrière en tant qu’éditeur à Singapour, il a rejoint l’UNESCO en 1981 comme expert au développement du livre, et a travaillé en Asie, en Afrique, aux Caraïbes et en Europe. Maintenant à la retraite, il vit en France.

Tan Chee Lay

JPEG - 126.8 ko
Tan Chee Lay


TAN Chee Lay est né à Singapour en 1973. Professeur assistant de chinois à la Nanyang Technological University et directeur exécutif adjoint du Singapore Centre for Chinese Language, il est titulaire d’un doctorat en études orientales de Cambridge. Ses recherches sont centrées sur la littérature chinoise de Singapour et sur la pédagogie littéraire. Il a écrit et édité une vingtaine de livres, en chinois et en anglais, dont Chi-Chu Cheng Xing (poésie, 1997), The Four Books (prose, 1999), A Poetry Collection (1999), Ge An Guan Wo (travaux critiques et essais, 2000), Zao Jian Di (« Où l’on forge les épées », poésie, 2002), Sir’s Homework (prose et nouvelle, 2004) et The Yellow Raincoat (prose, 2006). Il a reçu de nombreux prix dans des concours de poésie, de prose, de roman et de critique littéraire organisés à Singapour et à Taiwan, parmi lesquels le Young Artist Award (prix du Jeune Artiste) du National Arts Council en 2004 et le Singapore Youth Award (prix de la Jeunesse, Arts et culture) du National Youth Council en 2006 pour ses réalisations dans le domaine littéraire et dans l’enseignement.

Toh Hsien Min

JPEG - 154.2 ko
Toh Hsien Min


TOH Hsien Min a publié trois recueils de poèmes : Iambus (1994), The Enclosure of Love (2001) et Means To An End (2008, qui fut nommé en 2010 pour le Singapore Literature Prize). Ses textes ont également paru dans les revues Acumen, London Magazine, London Review of Books, Poetry Ireland Review, Poetry Salzburg Review et Staples, ainsi que dans diverses anthologies : Language for a New Century : Contemporary Poetry from the Middle East, Asia, and Beyond (W.W. Norton, 2008), et Over There : Poems from Singapore and Australia (2008). Il a participé à l’Edinburgh International Book Festival (2003), à l’Ars Interpres Poetry Festival en Suède (2007) et au Festival franco-anglais de poésie, à Paris et à Melbourne en 2008. Il a fondé en 2001 la Quarterly Literary Review Singapore (www.qlrs.com), le magazine littéraire en ligne le plus ancien de Singapour. Récipiendaire du Young Artist Award du National Arts Council en 2010, il travaille dans le secteur financier.

Edwin Thumboo

JPEG - 147.8 ko


Edwin THUMBOO, l’un des écrivains et critiques les plus respectés à Singapour, est professeur émérite à l’Université nationale de Singapour, et a été professeur invité dans plusieurs universités aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, en Autriche, à Hong Kong et en Malaisie. Il a publié de nombreux recueils de poèmes, dont Rib of Earth (1956), Gods Can Die (1977), Ulysses by the Merlion (1979), A Third Map : New and Selected Poems (1993), Friend (2003), Still Travelling (2008) and Bring the Sun (2008). Il a reçu plusieurs distinctions : the Cultural Medallion en 1979, the National Book Development Council Book Award for Poetry in English (1978, 1980 et 1994), Southeast Asia Write Award (1979), Singapore Cultural Medallion (1980), ASEAN Cultural and Communication Award in Literature (1987), the Raja Rao Award (2002), et la Meritorious Service Medal de Singapour (2006). Membre de l’International Writing Programme de l’université d’Iowa en 1977, il a donné de nombreuses lectures de poèmes dans des universités, dans des fêtes du livre et festivals littéraires internationaux.

Zou Lu

JPEG - 197.2 ko
Zou Lu


ZOU Lu, d’origine mandchoue, est née et a grandi dans la province du Liaoning dans le Yunnan, en Chine, et vit actuellement à Singapour. En 2006, elle a publié 时间, 一条 美丽 的 河 (« Temps, un beau fleuve »), son premier recueil de poèmes. Zou a depuis écrit quelque 300 textes allant de la poésie à l’essai et au carnet de voyage, publiés à Hong Kong, en Chine, à Taiwan, au Vietnam et en Indonésie. Membre fondatrice de l’unique site de littérature chinoise de Singapour, 随笔 南洋 网 (www.sgwritings.com), elle est actuellement conservateur adjoint du Pionniers’ Memorial Hall ("Mémorial du souvenir des pionniers") mis en place par la fondation Tan Kah Kee. Elle est membre de l’Association des écrivains de Singapour, et écrivain agréée par le ministère de l’Éducation. Elle écrit aussi en indépendante et travaille sur de nombreux projets littéraires et historiques.

En images

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : 30e Marché de la Poésie ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : mercredi 30 mai 2012, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.