Marché Poésie 2018, le Québec invité d’honneur

Accueil > Nouvelle rubrique N° 317 > SOMME D’AMOUR

SOMME D’AMOUR

Maximine

vendredi 7 mai 2010

Titre : Somme d’amour
Auteur : Maximine
Format (en cm) : 13,5 x 20,5
Pagination : 158
Prix (en euros) : 15
Argumentaire : On se souvient du bel hommage que rendit Paul de Roux à Maximine, alors qu’elle n’avait encore publié que deux ou trois recueils : « De nos jours, dans la filiation conjuguée de Louise Labé et d’Édith Piaf, se fait entendre une voix tout à tour passionnée ou plaintive, dont l’un des mérites est de se ficher éperdument des modes littéraires. » L’écriture de Maximine est bien ainsi : aussi virtuose et élégante que Louise Labé, aussi puissante et émouvante qu’Édith Piaf. Après L’ombre la neige (1992, avec une lettre-postface de Christian Bobin), Un cahier de pivoines (2002, Prix Paul Verlaine) et Au front des sapins (2005), la Somme d’amour est le quatrième ouvrage de Maximine aux Éditions Arfuyen. Si Arfuyen a été le découvreur de cette œuvre, d’autres éditeurs lui ont fort heureusement emboité le pas, permettant à d’autres livres de voir le jour : Quotidienne à son amour (Paroles d’aube, 1998) et Les Visiteuses, suivi de Quelques lilas, (Maison de Poésie, 2003). En tant que traductrice, Maximine a publié chez Actes Sud une traduction nouvelle des Élégies de Duino, de Rainer Maria Rilke (1991). Sa traduction nouvelle des Sonnets à Orphée est à paraître en édition bilingue chez Arfuyen.
Biographie ou Bibliographie de l’auteur : Maximine Lagier est née en le 29 septembre 1952, à Saint-Claude, dans le Jura. Maximine, son nom de plume, est aussi son vrai prénom comme il fut celui de sa mère et de sa grand-mère. Après son baccalauréat, en 1970, elle poursuit des études de lettres et obtient l’agrégation en 1975. Sa vie professionnelle sera consacrée à l’enseignement, puis aux bibliothèques – principalement à l’Institut National de Recherche Pédagogique, puis à Moret-sur-Loing. Elle est encouragée à écrire par Georges Mounin, puis plus tard par Henri Thomas et Christian Bobin. En revue paraissent quelques poèmes – qui prennent presque toujours la forme de douzains d’octosyllabes – et des notes critiques pour des revues. Elle effectue plusieurs séjours en Chine, dans des conditions souvent difficiles. Elle y enseigne quelque temps le français. Ses poèmes sont édités en deux livres d’art. En 1990-91, elle se lance dans une entreprise de longue haleine, une traduction nouvelle des grands recueils de Rainer Maria Rilke : les Élégies de Duino, les Sonnets à Orphée et le Livre de la Pauvreté et de la Mort.
Editeur : Arfuyen
ISBN : 978-2-845-90149-0
Site Internet : http://www.arfuyen.fr
N° de Stand : B 8