Samedi 14 juin 2014

par Vincent Gimeno-Pons, 9 juillet 2014

samedi 14 juin

11h Rimbaudmobile, organisée par Poètes dans la Ville, parcours dans différents points de la capitale avec des poètes invités accompagnés du collectif Poésie is not dead (poètes : Vincent Tholomé, Laurence Vielle et Peter Holvoet Hanssen).*
voir la vidéo sur : http://vimeo.com/99121105

Ouverture au public à 11h30.
14h 30 ans des éditions Bernard Dumerchez avec les poètes Hervé Carn, Zéno Bianu, Thomas Compère-Morel, Anne Mulpas, Jean-Dominique Rey, Yves Jouan, Valérie Schlée, Werner Lambersy, Dominique Dou.
15h Quelle place pour la poésie dans le “marché” de la littérature ? l’exemple de la Grande Bretagne, table ronde organisé par l’Union des Poètes & Cie
Anime par Paul de Brancion, poète et président de l’Union des poètes & Cie
Avec Lachlan Mackinnon, poète et critique littéraire, Jacques Darras, poète et président de Circé, et Brigitte Gyr, poète et vice-présidente de l’Union des Poètes & Cie.
Intervention : Mathias Lair, poète et secrétaire général de l’Union des poètes & Cie
16h Poésie Bassin du Congo : rencontre avec les poètes : Lopito Feijó (Angola), Éric Joël Békalé (Gabon), Michaella Rugwizangoga (Rwanda). Modérateur : Gabriel Mwènè Okoundji
17h Lectures : Poésie chinoise avec Han Bo, Jiang Hao, Jiāng Tāo, Ming Di, Tai E et Zhang Er, lecture organisée par le Festival franco-anglais

18h30 4e Nuit du Marché

Poésie Bassin du Congo

Présentation : Marie Alfred Ngoma
Lectures avec les poètes : Alexandrine Lao (Centrafrique), Thierry Manirambona (Burundi), Jean-Claude Awono (Cameroun)
Concert Bassin du Congo

20h Odette’s Tip (Afrobeat, Groove, Trance, Psychedelic Lounge, Cameroun)
21h Royaume Zipompa Pompa (Rumba- World music, Congo RDC)
Fermeture à 22h30

* Rimbaudmobile III : L’épopée Belge
Samedi 14 juin 2014
Dans une grange à Roche, le collectif Poésie is not dead a retrouvé il y a deux ans la voiture que la famille Rimbaud utilisait pour aller travailler aux champs.
Arthur et Vitalie la subtilisaient régulièrement, sous le nez et la barbe de leur mother, pour aller aux bals des villages alentours et pour leurs virées en Belgique et aux Pays-Bas.
Cet hiver, contre toute attente, elle a quitté sa grange ardennaise pour aller se promener en Belgique sur les pas d’Arthur et de Paul.
Heureusement, nos cousins poètes belges l’ont retrouvé à Bruxelles au n°1 de la rue des Brasseurs, devant l’ancien hôtel nommé A la Ville de Courtrai où se déroula le "drame de Bruxelles".
Cette année, les poètes belges Laurence Vielle, Vincent Tholomé et Peter Holvoet-Hanssen accompagnés par le créateur sonore en direct et en différé Michel Bertier et les vidéastes Anne-Sophie Terrillon et Christophe Acker ont décidé de faire revivre l’aventure abracadabrantesque de la Rimbaudmobile sur le bitume parisien.
Site de la Rimbaudmobile : http://rimbaudmobile.blogspot.fr/

Lectures-Performances dans les espaces publics suivants :
Avec le soutien de Wallonie Bruxelles International et du Fonds Flamand des Lettres
11h00 : Parvis Eglise Saint Eustache, rue Rambuteau près de la sculpture « L’Ecoute » d’Henri de Miller, avec Laurence Vielle et Michel Bertier
14h30 : Place de Furstenberg (près du Musée Delacroix) avec Vincent Tholomé et Michel Bertier
16h30 : Place Stalingrad avec Peter Holvoet-Hanssen et Michel Bertier
Captation vidéo : Anne-Sophie Terrillon et Christophe Acker
Conception et coordination : François Massut pour le collectif Poésie is not dead et l’association Poètes dans la Ville

Lachlan Mackinnon

Né en 1956, Lachlan Mackinnon a fait ses études à Oxford. Il a écrit quatre livres de poèmes, Monterey Cypress (1988), The Coast of Bohemia (1991), The Jupiter Collisions (2003) et Small Hours (2010). Les deux les plus récents sont publiés par Faber. Il est aussi l’auteur de deux tomes de critique littéraire, Eliot, Auden, Lowell : Aspects of the Baudelairean Inheritance (1983) et Shakespeare the Aesthete (1988) et d’une biographie, The Lives of Elsa Triolet (1992). Longtemps professeur à Winchester College, il habite maintenant Ely, proche de Cambridge. Il écrit souvent pour les journaux nationaux anglais, notablement The Times Literary Supplement.
Christophe Acker
Christophe Acker est né à Reims en 1970. Après un passage à Strasbourg à la faculté d’Arts plastiques, il entre à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Très vite il se dirige vers la vidéo et le cinéma. Après ses études il collabore à différents projets de documentaires pour Arte, Canal +, réalise ses premiers clips pour de petits groupes puis pour Rodolphe Burger et Olivier Cadiot, lance avec Fabrice Ferrarri l’émission Ubik sur France 5 mais continue surtout de tourner ses films et vidéos.
Il réalise de nombreux clips . Il obtient les Victoires de la musique pour le DVD musical de Noir Désir, Noir Désir en images.
Musicien, il participe au Groupe Optophone et développe avec celui-ci une mise en image pendant les concerts.
En 2005 il crée avec Agathe Nony et Nicolas Duroux la société ADNfactory, produits et collabore à des films d’artistes tels que Laurent Montaron, Julien Discrit ou Pierre Malphettes

Anne-Sophie Terrillon
Anne-Sophie Terrillon, née en 1983, est diplômée de l’école media art de Chalon sur Saône Elle développe différentes approches du travail vidéo, que ce soit au sein d’installations ou de projections. Elle explore plus particulièrement les champs du fantastique, du cinéma expérimental, ainsi qu’un travail de dispositifs en relation avec la musique (projet réalisé avec différents musiciens autour de la ré-interprétation, installations sonores).

Michel Bertier
Créateur sonore en direct et en différé !
Né et vit à Paris. Réalise des décors sonores pour le théâtre, la radio, la danse, la télévision et plus récemment le cirque. A notamment travaillé avec Michel Dydim, Susana Lastreto, Antonio Arena , Jean-Pierre Chabrol, Maguy Marin, Adrienne Larue et la chaîne Canal +.
Directeur artistique de La Compagnie du Son, association d’art sonore environnemental et multimédia, il a créé plusieurs événements depuis 1995 qui mettent en scène le son, l’architecture ou le paysage. A également dirigé « La Fanfare Electronique » et ses environnements sonores pour téléphones mobiles reconditionnés surprennent le public par leur évocation poétique.
Chargé de l’enseignement des musiques et nouvelles technologies à l’Université d’Evry Val d’Essonne.

Laurence Vielle
Elle est née à Bruxelles en 1968. Elle y vit toujours. Son père est suisse, sa mère est flamande. Elle aime les montagnes et la mer du Nord. Comédienne, auteure, metteure en scène et poète, elle dit les mots, surtout les écritures d’aujourd’hui.
Elle anime divers ateliers d’écriture et récolte les paroles dites par les autres qu’elle retranscrit minutieusement pour en faire des spectacles (en compagnonnage avec d’autres artistes) qui donnent à entendre la parole de ceux qui passent, anonymes, dans les villes - tentative de créer du lien.
« J’aime allier sur le plateau différentes écritures : l’image, la danse, les mots, la musique. Et créer avec des artistes que je retrouve sur mon chemin : Pietro Pizzuti, Vincent Granger, David Giannoni, la compagnie Carcara, Claude Guerre, Monique Dorsel, Jean-Michel Agius, Magali Pinglaut, Valère Novarina, Catherine Graindorge, Laurent Fréchuret, Pascal Omhovère, Eric Dagostino, Matthieu Ha, Hélène Labarrière... Compagnonnages.
J’aime marcher dans mon quartier, dans les rues, les campagnes, et glaner : il y a des glaneurs de légumes, de boutons, de cartes postales, de rebuts, de bouts de ficelles. Moi, ce sont les mots, les mots des autres, les miens, et les rythmes du monde. Puis j’écris et j’aime dire ces mots-là. Je sens bien que le monde tourne de moins en moins rond ; j’aime aller y chercher, y traquer, y guetter les battements d’humanité. Ce sont mes tambours. Je tente d’y accorder mon coeur. ».
Après État de marche et On air avec Jean-Michel Agius, La Récréation du monde avec Claude Guerre, Animal (création collective), Re-né, qu’est-ce qui te fait vivre ?, Laurence Vielle écrit et crée en 2012 le spectacle Du Coq à Lasne, une marche à pied entre deux gros villages belges, ainsi qu’une marche dans sa mémoire familiale : il y avait pendant la Seconde Guerre deux résistants et deux collaborateurs dans sa famille, c’est un secret... Elle a eu besoin de le dénouer par les rencontres du chemin. Elle a joué dernièrement Sainte dans l’incendie de Laurent Fréchuret en 2013 au Théâtre du Rond-Point.

Vincent Tholomé
Auteur performeur. Né en Belgique. Y vivant encore. A publié une quinzaine de livres alliant recherches formelles et oralité. Ses ouvrages les plus récents sont « Cavalcade » (Le Clou dans le Fer, 2012) et « VUAZ » (Maelström, 2013).
Comme performeur, a fait partie de divers collectifs. Est actuellement membre du Trio WYRD (avec Maja Jantar et Sebastian Dicenaire), de la Troupe Poétique Nomade des éditions Maelström et de plusieurs duos (« Notre affaire commune » avec le poète Marc Perrin, « Duo Dubois/Tholomé » avec le guitariste Xavier Dubois, etc.).
Au sein de ces formations ou en solo, donne des lectures performées un peu partout dans le monde (Allemagne, Russie, USA, Canada, etc.).
Ses projets en cours ? Poursuivre l’écriture du « Grand Peu » et de « Conquête du Pays Ugogo ». Poursuivre l’adaptation en ciné-poème de « Cavalcade ». Réaliser – vieux rêve qui devient enfin réalité – un CD (ou LP) avec Maja Jantar, CD (ou LP) basé sur leur performance « Cavalcade ». Réaliser « kaapshljmurslis », autre CD (ou LP), avec Xavier Dubois, projet d’écriture et de musique, né d’une exposition qui s’est tenue à l’hôpital psychiatrique du Beau Vallon à Namur (Belgique).

Peter Holvoet-Hanssen
Né à Anvers (Belgique) en 1960, Peter Holvoet-Hanssen n’est pas tombé de la dernière pluie : il a travaillé dans les secteurs maritime et culturel et a été gardien des dauphins dans le zoo d’Anvers. Il a travaillé à mi-temps dans un centre d’accueil pour sans-abri… En sa qualité d’Envoyé de l’élément vif, messager de « l’élément mobile », il tente de lier des extrêmes dans sa poésie, aussi bien dans la forme que dans le contenu, et ce sur un sous-sol mouvant. En effet, son œuvre fait se rejoindre les extrêmes : le haut et le bas, l’inaccessible et l’accessible, l’humour et l’émoi, la routine et la folie.
Il y a seize ans, Peter Holvoet-Hanssen a surpris le monde littéraire avec le recueil Dwangbuis van Houdini (La Camisole de force d’Houdini), qui lui a valu le principal prix flamand récompensant une première œuvre littéraire. Ce volume rend hommage au maître de l’évasion, le Hongrois Harry Houdini. Sur les traces de celui-ci, Holvoet-Hanssen repousse ses propres limites en se jouant des difficultés, se libère de tous les corsets, transgresse les catégories habituelles de la poésie.
Sa façon de lire ses poèmes en public est particulièrement enthousiasmante. Il aime dépasser les bornes et braver les convenances en jouant, afin de libérer l’âme de toute forme de carcan. La teneur théâtrale et musicale de l’œuvre fait que les performances du poète sont très appréciées lors des festivals et des soirées de poésie.
Il travaille avec son épouse, l’auteur Noëlla Elpers, pour la jeunesse :
www.kapersnest.be - leur « Repaire de pirates » veut stimuler chez les jeunes l’amour de la poésie, de la littérature et de l’histoire.
Il est à ce jour l’auteur d’un roman et de six recueils de poèmes. Les trois premiers (Strombolicchio - de la forge de Vulcain, Santander. Confidences dans la peau du renard et celui mentionné plus haut) forment un triptyque, une « quête placée sous le signe du nombre trois, de la mélodie ultime réunissant à la fois bonheur et souffrance ».
En 2008 il a reçu le Prix de la Culture de la Communauté flamande pour son recueil Spinalonga.

François Massut
François Massut, né en 1979 dans les Ardennes, a grandi et vadrouillé en Rimbaldie. Immigré à Paris depuis une quinzaine d’années, il a redécouvert la poésie en 2001 lors d’une année d’échange universitaire au Québec. Depuis 2007, avec le collectif Poésie is not dead, il organise des lectures-performances et des installations dans l’espace public avec des poètes, comédiens, musiciens, vidéastes et plasticiens dans des lieux éclectiques (Musée, Rue, Boucherie, Coiffeur, Bibliothèque, Fleuriste, Bar, Prison, Squat, Hôpitaux psychiatriques, Eglise, etc.). Il a été l’initiateur et le commissaire d’exposition de l’installation pérenne des chaises-poèmes de Charleville-Mézières réalisées par le sculpteur québécois Michel Goulet. Il travaille actuellement avec ce dernier à la réalisation d’autres installations plastiques dédiées à la poésie, notamment à Paris.
Philanthrope, son dessein est de dé-livrer la poésie de ses temples afin qu’elle rencontre, par l’intermédiaire des poètes vivants, les populations de toute origine sociale, de toute culture et de toute génération.


Joël-Claude Meffre
Joël-Claude Meffre, né en 1951 dans le Vaucluse.
Archéologue, poète, essayiste du soufisme. Ouvrages récents : Une geste des signes, avec Ghani Alani, calligraphre irakien (essai sur la calligraphie arabe et la spiritualité), préface de Salah Stétié, Fata Morgana, 2002 ; - Témoignage de la poussière (méditations autour de la vie du soufi Mansur Hallâj), préface de Pierre Lory, de Corlevour, 2010 ; textes/poésie : - L’abord, Fata morgana, 2003 ; Trois figures d’oubli, Tarabuste, 2009 ; Tique, Propos2 de Campagne, 2010 ; Ce jour, Empreinte, L’Arbre à paroles, 2010 ; La proie des yeux, Dumerchez 2013 ; Instants, avec le cinéaste Schüpbach, Berlin 2014. Divers textes en ligne sur Remue.net. Membre de la Maison des Ecrivains et le littérature.

Zéno Bianu
Né à Paris en 1950, Zéno Bianu est l’auteur d’une oeuvre foisonnante qui interroge la poésie, le théâtre, le jazz et les arts plastiques. Ses poèmes ont notamment été publiés chez Gallimard (Le désespoir n’existe pas, Prendre feu – avec André Velter) et Fata Morgana (Traité des possibles, La Troisième rive). On lui doit également une trilogie aux éditions du Castor Astral : Chet Baker, Jimi Hendrix, John Coltrane, et deux anthologies de haïkus avec Corinne Atlan (Poésie/Gallimard).

Anne Mulpas
Tout commence par une phrase de PESSOA : « La littérature est l’aveu que la vie ne suffit pas ». Anne Mulpas est auteur de théâtre, de roman, de poésie. Pour elle, la langue est un laboratoire vivant. L’imaginaire, un outil d’appropriation du monde, un outil d’émancipation. Elle vit à Paris et co-dirige « Noob », une compagnie qui croise théâtre, poésie et multimédia. Elle a publié quelques volumes en littérature jeunesse, en poésie et aussi des nouvelles dans les revues Brèves, Intranqu’îllités, Le Jardin d’essai, Salmigondis...
Bibliographie (extraits)
La fille du papillon roman Editions Sarbacane 2006
La nue poésie Editions Dumerchez 2007
Il n’y a pas d’ange roman Editions Sarbacane 2008
Un arbre dans le dos théâtre Editions D’ores et déjà 2012
Pas d’ici, pas d’ailleurs Voix d’encre 2013
Anthologie de poésie féminine et francophone

Marc Petit
Marc Petit est né à Paris en 1947.
Romancier et nouvelliste.
Derniers titres parus : "Le Nain Géant" (rééd. à L’Arbre Vengeur, 2011), "Séraphin ou l’amour des ombres" (Pierre-Guillaume de Roux, 2014).
Poète : "Pierres d’attente", Dumerchez, 1996 ; "Rien n’est dit", Dumerchez, 2001.
Essayiste : Éloge de la Fiction, Fayard, 2000.
Collectionneur, peintre, auteur de livres d’art : "A masque découvert, regards sur l’art primitif de l’Himalaya", Stock, 1995
A participé, depuis sa fondation en 1989, au groupe littéraire de la "Nouvelle
Fiction".

Yves Jouan
Yves Jouan est un poète né au Havre en 1951. Il a été responsable de différents services et structures culturels. Il a écrit des livres de poèmes parus aux éditions Dumerchez, L’Inventaire, Les Petits Classiques du Grand Pirate, Aencrages & Co et, en 2014, à L’Atelier du Grand Tétras, ainsi que plusieurs ouvrages avec d’autres écrivains, des plasticiens, des photographes. Il anime des ateliers d’écriture et collabore à la revue de poésie N4728.

Thomas Compère-Morel
Thomas Compère-Morel est né à Paris en 1960. Il vit à Montmartre.
Il conçoit sa poésie comme une imagerie cérébrale qui ramène à la conscience le fil de pensées, d’impressions et de représentations jusque-là camouflées.

Hervé Carn
Hervé Carn a publié des romans (Mauvaise Mémoire, La Différence, 1988 - Akparo, Diabase, 2001 - La Procession d’Echternarch, Lignes/Leo Scheer, 2006 ), des essais (Bernard Noël, « Poètes d’aujourd’hui », Seghers, 1986) et des livres de poésie chez Bernard Dumerchez comportant des créations de Bertrand Dorny, Guy Malabry et Jean-Pierre Thomas (L’Organisation de la pénombre, Préface de Bernard Noël, 1996 - Hoquets du silence, 2001 - Vent de cendre, 2008 - Petit Jour, 2012 )

Valérie Schlée
Valérie Schlée, née en 1966 dans une bibliothèque, crée en binôme avec peintres et musiciens, donne des lectures publiques. Publications aux éditions Dumerchez, Rencontres, Potentille, Gros Textes ; dans les revues Décharge, Liqueur 44, N4728. Livres d’artiste avec Christian Hadengue, Colette Deblé.

Dominique Dou
Premier livre de poèmes en 2008 chez Dumerchez, L’Énergie de l’erreur, couverture illustrée par le peintre Olivier Bernex, le deuxième en 2013 toujours chez Dumerchez, Dans le Morde, introduction de Jean-Pierre Faye, couverture imaginée par le peintre Gérard Fromanger.
Un livre d’artiste avec le sculpteur Eva Wellesz Grille d’humain édité par Daniel Leuwers en 2014.
A publié des poèmes dans Siècle 21, Multitudes, l’Anthologie poétique 2008, le Calendrier poétique 2011, Triages, N4728, Po&sie et des textes dans Le Matricule des anges, la Quinzaine littéraire, et sur les sites Poezibao et Ars Industrialis.
A participé au film de Hamma Méliani sur le poète Mahmoud Darwich.
Lectures publiques dont dernièrement pour le festival Le Chant des mots à Angers et Saumur en 2013 et pour le vernissage de l’exposition d’Eva Wellesz à la bibliothèque de Vitry-sur-Seine en 2014.


Han Bo
Né dans la province du Hei Longjiang, au nord-est de la Chine, le 23 janvier 1973, Bo Han est poète, essayiste, dramaturge et journaliste. Il a fait ses études au département de journalisme (diplôme de maîtrise) et au département de Politique internationale de l’Université de Fudan. Il a été rédacteur en chef du magazine de voyage mg (2000-2007), de la version chinoise du magazine suédois Rodeo (2008-2009) et de l’hebdomadaire Channel Young Pictorial (2009-2013). Il est depuis 2013 directeur artistique de l’hebdomadaire Bund Pictorial, l’un des hebdomadaires les plus populaires en Chine. Il a remporté en 2012 le Poetry East-West Prize. Il a par ailleurs co-édité l’anthologie The Dinner for Butcher’s Daughter and a Black Cover Book ("Dîner pour la fille du boucher et un livre noir"). Enfin, il a collaboré à la traduction de l’anthologie de poésie africaine Unpaceful Here ("Sans paix ici")
Publications :
Poésie : "Temple boomerang" (ei qu lai si, Taiwan, 2013), di xi tian (2010), "Emprunter un coeur profond" (jie shen xin, Zuo Jia Publishing House (2007), "Un banquet de nœuds" (jie shen yan hui : poèmes choisis 1999-2001, 2002), "Transmission pour dix ans" (1998).
Livres de voyage : European Towns, Namaste Himalaya, Revel in Switzerland, Green Ireland et World Heritages in Sri Lanka.

Jiang Hao
Jiang Hao, poète, essayiste, éditeur de poésie et directeur artistique du musée Shang Yuan, est né à Chongqing, au Sichuan, en 1972. Il a publié son premier poème dans un journal local, en 1987, et édité une revue intellectuelle de 1996 à 1998. A Beijing en 1998, il a créé un studio d’art pour la conception graphique. Il a participé en 2000 à l’organisation du premier Festival de poésie du Lac sans nom de l’Université de Beijing, devenu par la suite l’un des événements littéraires les plus importants en Chine ; il a remporté un prix de poésie en cette même année. En 2002, il a lancé la revue New Poetry (qu’il a dirigée jusqu’en 2012). Professeur d’histoire de l’art à l’Université de Hainan en 2004, il a été invité en 2005 à prendre la direction artistique du Shang Yuan Art Museum de Beijing ; il a terminé la même année son long poème "Comédie". En 2009, enfin, il a été invité à éditer la revue Poetry Forest ("Forêt de poésie") et à participer au Festival de littérature chinoise tenu en Suisse.
Publications :
Poésie : Rhétorique (poèmes 1995-2004) ; Grimper à l’arbre pour attraper des poissons (poèmes 2005-2009). - Essai : Fragments d’horreur (2003).

Jiang Tao
Jiang Tao est né en 1970. Il a étudié l’ingénierie biomédicale à l’Université Tsinghua et la littérature chinoise moderne à l’Université de Pékin. Il enseigne actuellement au Département de chinois à l’Université de Pékin. Il a commencé à écrire de la poésie en 1990, et se consacre également à la critique de poésie et à la recherche sur l’histoire de la poésie du XXe siècle.
Publications :
Ses oeuvres incluent, notamment, le recueil de poèmes Le livre des oiseaux, l’essai critique Les mains de Bakounine, et un travail de recherche intitulé "Les anthologies de poésie moderne et l’émergence de la poésie chinoise moderne".

Ming Di
Ming Di (nom de plume de Mindy Zhang) a grandi en Chine et est partie aux États-Unis afin d’y poursuivre des études supérieures. Elle édite Poetry East West, revue bilingue publiée à Los Angeles et Pékin, villes entre lesquelles elle partage aujourd’hui son temps. Elle a reçu en 2013 une bourse de l’Henry Luce Foundation.
Publications :
Auteur de six recueils de poèmes en chinois, elle a été traduite en anglais (River Merchant’s Wife, Marick Press, 2012), espagnol (Luna Partida, à paraître) et d’autres langues comme l’allemand, le français, le suédois, le croate, le slovène, l’italien, le japonais et l’hindou. Elle est également traductrice de poésie, avec quatre volumes déjà parus et trois autres à venir. Elle a dirigé et co-traduit l’anthologie New Cathay – Contemporary Chinese Poetry (Tupelo Press, Etats-Unis, 2013).

Tai E
Tai E, né en 1972, est un poète et écrivain chinois d’ascendance Miao bien connu. Diplômé du département de Mathématiques de l’Université normale du Hunan en 1994, il travaille pour un groupe de sociétés à Shenzhen.
Son roman My Glorious Time ("Ma glorieuse époque") fait partie des 70 oeuvres de littérature étrangère les plus enseignées au secondaire dans les écoles de Shanghai, Hong Kong, Macao, Singapour, etc.
Publications :
Poésie : "Attrait de la Forêt-Noire et Un zèbre dans la ville." - Prose : "N’hésitez pas à marcher encore plus loin". - Romans : "Ma glorieuse époque" et "Mur de frontière".

Zhang Er
Né en 1976, Zhang Er est poète, éditeur et commissaire d’exposition. Publiée dans de nombreuses anthologies et revues importantes, sa poésie a été traduite en anglais, français et suédois. Il a participé comme poète invité à un festival international de poésie en Suède. Il est l’auteur de "Maison imaginaire", et son travail a été inclus dans un recueil collectif intitulé "Six poètes".
Il a organisé plusieurs événements poétiques et artistiques, tels que "The New Poetry Experiment" et une exposition photographique des poètes Mo Mo et Lai Er (Shenzhen 2011). Il a également été commissaire de la première exposition chinoise d’art et poésie contemporaine (2011, Shenzhen, OCT Art et Design Gallery), de l’exposition d’enseignants et étudiants de l’Académie centrale des Beaux-Arts de la Chine (2012, Shenzhen) et de nombreux autres événements.
En 2009, il a implanté à Shenzen le journal "Poetry Forest" et l’a transformé en une publication populaire dotée d’une ligne éditoriale et esthétique indépendante, qui a donné lieu à 18 parutions. Il a créé en 2012 la revue de poésie et d’art Enclave, qui combine art contemporain, nouvelles, essais, images, critique d’art et critique musicale. En 2013, il a créé l’Enclave Publishing House, maison d’édition indépendante d’art et de littérature.

Odette’s Tips
Odette’s Tips est un duo Franco-Italien né en 1996, avec plus de 800 concerts en Europe sur grandes et petites scènes.
Afrobeat, Groove, Trance, Psychedelic Lounge... leur musique et leur spectacle sont toujours adaptées au lieu et au moment.
Ils reprennent les routes du son après six ans de composition, expérimentation et pratique d’assistance aux invalides...
Ex chanteuse des Coquines, Odette joue aussi des percussions et envoute le public par ses histoires, son énergie et son charme mélodique.
Ex sonorisateur (Litfiba, Noir Desir, Jorma Kaukonen, Randy Brecker...), Roberto est un guitariste non conventionnel. Il donne la pulsation et l’harmonie avec ses arrangements dynamiques.
Noir-Blanc, Homme-Femme, Acoustique-Electro, Odette’s Tips représentent le melting pot de cette époque sans frontières...A écouter !!
www.Facebook.com/odettetips

Royaume Zipompa Pompa
Pour pérenniser la rumba Congolaise sous d’autres cieux, un groupe de musiciens Congolais de la RDC vivant en France a eu l’idée de monter une formation musicale qui devrait faire entendre au loin le son de la rumba Congolaise contemporaine.
En effet, conscients de la lourde charge qui est la leur et pour la suite de leur carrière artistique, les artistes musiciens Luciana Démingongo, Simolo Katondi, Nzola Collegien, Alexis Azulino, Biva Ray, Serge Muloso, Manassé Israëlle Isolélé ont mis sur pied un groupe musical baptisé « Royaume Zipompa-Pompa ».
Aussitôt crée en 2012, le groupe Royaume Zipompa-Pompa sous la houlette de l’artiste Luciana Demingongo n’a rien à envier aux autres groupes de la diaspora, ayant en son sein des professionnels de la musique qui ont déjà fait leurs preuves dans différents groupes basé en Europe ou à Kinshasa.. Ils savent que pour réussir leur nouvelle carrière, il faut voir l’international. Dès la création du groupe l’objectif c’était les contrats extérieurs pour des prestations scéniques. Au mois de Mars 2012, quelques semaines après la création du groupe, ils sont invités pour une tournée en Algérie au Festival de Tamanrasset et au mois de Juin de la même année, ils sont invités à Séoul en Corée du sud à l’exposition culturelle de Séoul, et sera le premier groupe de la musique Rumba à s’y produire. Un événement grandiose à quelques mois de la création du groupe.
Au retour le groupe rentre en Studio pour enregistrer un mini album intitulé « Badaboum ».
Un album de rumba avec des nouvelles sonorités et en mettant en avant les trois principes de la bonne rumba. (Lead vocal, refrain et ambiance rythmique).
L’album « Badaboum » enregistré au studio Marcadet à Paris a eu la participation des invités comme Awilo Longomba et Teka , Michel Bass deux anciens du groupe Wengué Musica Maison mère.
A travers les chansons, le groupe à voulu innové en faisant un mélange de plusieurs genres avec un nouveau son mélangeant plusieurs langues, (Lingala, Anglais, Swahili et Français).
Leur thème est basé sur le vécu des Africains d’Afrique et de ceux de la diaspora partis depuis trop longtemps malgré eux et qui caressent d’un retour réussi dans leur pays.
Avec la sortie de leur nouvel album « Badaboum » le groupe a l’ambition de se positionner comme un leader de la nouvelle génération qui apporte un nouveau son dans la rumba Congolaise qui est en perdition actuellement grâce à la participation des artistes comme Wilson qui joue habituellement du jazz et dont c’est la première participation dans une formation du genre, de la chanteuse Manassé Isolélé qui apporte sa touche RNB et Rap-Reggae.
Les gens vont comprendre que le groupe à vraiment innové, qu’il y’a un mélange de plusieurs genres avec un nouveau son, c’est un album de plusieurs sonorités assez varié, avec des influences World-Music, un album qui tend à s’ouvrir sur le monde entier.

En images

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Au programme du 32e Marché ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : mercredi 9 juillet 2014, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.