Sapho, présidente d’honneur
du 28e Marché de la Poésie

par Vincent Gimeno-Pons, 26 mars 2010

Sapho chante. Court passage par un rock alternatif une année à New-York, un temps de réflexion et elle écrit,compose très vite sa musique tissée de ses cultures- Occident Orient Afrique Europe, où violon arabe, guitare flamenca, viole de gambe et sons électro se répondent dans un désordre fluide, un chari-vari très cohérent, car il ne s’agit pas de collage mais de réminiscence et de re-création . Par ailleurs elle reprendra Oum Kalsoum, Léo Ferré ou participera à « l’Opéra de quat’ sous » ou à la « conférence des oiseaux » de Michaël Lévinas et toutes ces écritures ou interprétations la conduiront dans plusieurs théâtres parisiens, français, au Japon, à Baghdad à Jérusalem, à Ghaza,à New-York et autres lieux de guerre ou de paix, avec le désir de faire passerelle entre nos mondes dans notre monde si vaste et si petit.

Sapho commence sa vie littéraire par trois fictions

- « DouceViolence » : presque une « auto-fiction » , une année d’une chanteuse rock sur les scènes de Paris – New-York en 79/ 80

- « Ils préféraient la lune » roman écrit sur la trame de "Los Olvidados » de Bunuel où déjà elle oppose deux langues, celle, lyrique d’un jeune tunisien amoureux des livres et celle de ses cousins de la banlieue parisienne rock rauque hachée heurtée urbaine…

- « Un mensonge » un conte pour adulte sur « un menteur nostalgique de la vérité » , comédien jouant Alceste, où la question de l’art et du mentir vrai vient hanter tous les personnages dans une enquête semi policière menée par le héros avec l’aide d’un kabbaliste et d’un soufi…
Puis elle s’enhardit à entamer une forme poétique , un récit, « le Patio » qu’elle appellera « opéra intime » récit de la passion comme puits de lumière entouré de quatre murs quatre saisons quatre personnages espace du manque inscrit dans l’architecture andalouse qui préfigure le « passio »le subir, cet « heureux subir » qu’est la passion amoureuse… On trouve une version sonore dans un ACR de Franck Smith et une demi-page dans le monde de Hugo Marsan…
C’est la première fois qu’elle entonne « un Cante Claro » par opposition au Cante Jondo des andalous…
Puis elle abordera avec « Beaucoup autour de rien » un texte qui tisse poème et essai philosophique autour de la notion du Rien..
« Ce dont on ne peut parler, il faut le taire » dit Wittgenstein mais, écrit-elle en substance, c’est au moment où la raison intime de se taire que le poète trouve raison de parler …
Enfin, ayant fréquenté pendant dix ans les poètes et les milieux de la poésie, ayant eu l’occasion de se frotter à cette Babel de langues poétiques notamment au Festival des Voix de la Méditerranée à Lodève, puis au Festival de Sète, ayant participé en tant que rapporteur au CNL commission poésie et donc fréquenté tout ce qui se faisait de nouveau dans la poésie contemporaine pendant trois ans- le meilleur et le pire-, participé à nombreuses anthologies, et Festivals de lecture poétique par exemple au « Marathon des mots » entre autres évènements, elle publiera son premier livre de poésie – « Le livre des quatorze semaines » ou toute numérologie n’est pas absente, la kabbale le Maroc ne sont pas loin et la passion de la poésie française dans tous ses états…
Enfin chez le même éditeur, elle publie en 2009 ce dernier recueil en trois mouvements : « Guerre Word Y Plato » en quatre mouvements :
Adaggio andante allegro furioso, le premier porte sur la guerre , représentations animalières mais métaphores autour de Bush, axe du mal, pratiques étranges des citadins violence « le cochon saigne jamais le général ».
Le deuxième mouvement aborde le chapitre « parler poètes » et il s’adresse à cette caste qui comme tout groupe de parleurs fait de la parole une issue à la violence, issue fragile en apparence mais en apparence seulement.
Il y est aussi question d’une poétique et de la fraternité avec certains de ces poètes…
À part ce que le poète dit et même s’il va à la trivialité ou qu’il parle de guerre le poète produit une théorie en acte : il ne parle pas comme tout le monde, il attaque la langue et malgré l’énigme, « ça » parle…
Le poète ne sait pas où il va mais il sait où il ne veut pas aller…
(extrait : p 35)
« Tout dans la poésie ne marche pas comme ailleurs (etc…)
dans la dernière partie sur le mode « furioso », Plato, on parle d’une confrérie dont on imagine qu’elle se situe dans les confins du plateau du Larzac la métaphore de la guerre est à l’œuvre insectes humains déréglés, tout s’emballe et l’humour noir finit par retourner le mal comme le doigt du gant chez un fou du Roi shakespearien…

En images

  • Sapho par O. Steiner/Pecheteau
  • Sapho par Y. Zakovitch
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Nouvelle rubrique N° 305 ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : jeudi 26 mars 2010, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.