Scordatura

par 7 mai 2011

Titre : Scordatura
Auteur : Violaine Guillerm
Langue d’origine : français
Format (en cm) : 15 x 12
Pagination : 136
Prix (en euros) : 15
Argumentaire : La « scordatura » est une manière d’accorder les instruments à cordes qui s’écarte de l’accord normal – l’« accordatura » – ; elle permet d’utiliser des accords inhabituels et modifie la tension des cordes, produisant des effets sonores très particuliers. On pense souvent pour la scordatura à Biber et à ses sonates des Mystères (ou du Rosaire), moins à son emploi dans le jazz, ou le rock (Franck Zappa)… Comme Violaine Guillerm le revendique elle-même, ce livre est une « version originale bilingue », proposant deux textes en parallèle qu’on peut lire aussi bien « classiquement », c’est-à-dire verticalement, qu’horizontalement pour entendre le dialogue – ou parfois une discordance ? – qui s’instaure entre les deux « langues ». C’est alors au lecteur de faire sa scordatura. Violaine Guillerm propose une polyphonie, une polysémie, avec un guide central qui charpente le recueil et le ponctue en « chapitres » : un chœur, ou encore un « argument ». Les deux langues s’engagent parallèlement puis se mettent à vibrer, à osciller, s’inversent, s’emmêlent, s’aèrent… Il est question de rythme, de durée, de temps, il est question d’émotions, de vibrations, de sensations, de sensualité, il est question de corps, masculin, féminin, de désir ; les voix, les corps s’emmêlent et brouillent les pistes. Comme s’il s’agissait d’une scordatura de l’humain, le texte agit en désaccordant les normes de la rencontre avec l’autre. Violaine Guillerm, dans ce deuxième recueil, affine sa voix propre, s’impose.
Biographie ou Bibliographie de l’auteur : Violaine Guillerm (née en 1968) est musicienne professionnelle, instrumentiste de basson. Depuis quelques années, elle est également praticienne de la méthode Feldenkrais. Son premier recueil de poésie, Prêts longtemps, est paru aux éditions, dans la même collection, en octobre 2008. Elle a également collaboré avec l’artiste peintre Aurélie Thiolat pour deux livres d’artiste, l’un, Chincoteague, aux éditions Christine Debras et Yves Bical (Bruxelles, 2004), l’autre, S’ouvre juste le geste, aux éditions isabelle sauvage en 2008.
Editeur : éditions isabelle sauvage
ISBN : 978-2-917751-12-1
N° de Stand : 204

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Nouveautés ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : samedi 7 mai 2011, par
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.
Ces articles pourraient aussi vous intéresser