Sous le seuil - Jean-Louis Giovannoni

par Vincent Gimeno-Pons, 24 mai 2016

Titre : Sous le seuil
Auteur : Jean-Louis Giovannoni
Langue d’origine : Français
Format (en cm) : 15x21 cm
Pagination : 128
Prix (en euros) : 20
Argumentaire : Qu’est-ce qui se dissimule sous le seuil ? Réalités nichées dans les interstices, vies minuscules qui se tiennent à côté de nous, imperceptibles et silencieuses. Nuisibles, envahisseurs, Jean-Louis Giovannoni explore l’espace de nos rejets en une succession de tableaux où la vie des insectes et celle des hommes sont posées sur un même plan. Il se déploie une vision superfocalisée de nos mondes intérieurs, qui fourmillent de ce qu’on refuse de voir, par dégoût ou par peur d’une vermine, de la lente décomposition du temps qui passe. Dans cette dilution de l’identité, où toutes vies ont même valeur, depuis l’araignée qui tisse sa toile à la blatte qui pond ses œufs, en passant par les coïts juxtaposés de jeunes adolescents et de mantes religieuses, le texte peu à peu déplace de façon bouleversante notre rapport aux limites de notre incarnation. Nos gestes n’ont pas plus de sens au final que celui de ces nuisibles qui semblent agir par pur instinct, et leur violence, leur rapport à la mort, peut-être plus doux que le nôtre, ne se débarrasse pourtant jamais de la cruauté. Dans ce récit polyphonique, Jean-Louis Giovannoni déplie notre conscience du vivant, développe le tableau sans morale d’existences multipliées.
Biographie ou Bibliographie de l’auteur : Jean-Louis Giovannoni est né à Paris en 1950. Il a exercé le métier d’assistant social pendant plus de trente cinq ans en hôpital psychiatrique. Il ouvre son œuvre poétique avec Garder le mort en 1975, livre de deuil qui deviendra un classique de la poésie contemporaine, et fonde en 1977 avec Raphaële George la revue Les Cahiers du double, qu’ils dirigeront ensemble jusqu’en 1981. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages chez divers éditeurs (Unes, Leo Scheer, Lettres Vives, Champ Vallon…), il s’engage dans une poésie de fragments interrogeant le malaise d’un rapport intime et extérieur au monde (Les mots sont des vêtements endormis, Ce lieu que les pierres regardent). Ce rapport à l’espace s’incarnera jusqu’à une altération pensive du vers à la fin des années 80 (L’Invention de l’espace, Pas japonais) avant de faire place à de nouvelles formes, entre prose et poème. Ses thèmes interrogent la violence et certains aspects du rapport social depuis les années 90 (L’Election, Journal d’un veau, Traité de la toile cirée), mêlant fantasmagorie et biographie, grotesque et pulsion. Jean-Louis Giovannoni entretient également un rapport de création et de proximité avec certains artistes (Chambre intérieure avec Gilbert Pastor, Ne bouge pas ! avec Marc Trivier, Greffe avec Vincent Verdeguer, ou la série Les Moches avec Stéphanie Ferrat). Il s’occupe par ailleurs de la publication des textes inédits de Raphaële George (Double intérieur, Des petits malaises). Lauréat du prix Georges-Perros en 2010, il fut président de la Maison des écrivains et de la littérature entre 2011 et 2012.
Editeur : Editions Unes
ISBN : 978-2-87704-167-6
N° de Stand : 523

En images

Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : mardi 24 mai 2016, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.