Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 305 > La Périphérie du 28e Marché de la Poésie > 16 juin : 100 poètes + 100 artistes = 200 minutes de poésie > Thibodeau, Serge Patrice / Bouchery, Dan

Thibodeau, Serge Patrice / Bouchery, Dan

mercredi 21 avril 2010, par Vincent Gimeno-Pons

Invité par la Fédération européenne des Maisons de Poésie et la Maison de la Poésie de Saint-Quentin en Yvelines

Serge Patrice Thibodeau

Né le 11 aout 1959 à Rivière-Verte, au Nouveau-Brunswick, dans la région canadienne de l’Atlantique, l’écrivain acadien Serge Patrice Thibodeau est poète, essayiste et auteur de récits de voyage. Il a participé à de nombreux évènements littéraires tant au Canada qu’à l’étranger. Il vit à Moncton, au Nouveau-Brunswick. De 1990 à 2006, il a publié deux essais, douze recueils de poésie, dont un pour la jeunesse, et un recueil de récits de voyage.... Il a fait paraître des textes dans de nombreuses revues littéraires au Canada et en Europe, dont plusieurs sont traduits dans une douzaine de langues, en revues et dans diverses anthologies de poésie.
Derniers titres parus :
Les Sept Dernières Paroles de Judas, L’Hexagone, Montréal, 2008 ; Seul on est, Perce-Neige, Moncton, N-B, 2006 ; Lieux cachés, Perce-Neige, Moncton, N-B, 2005.
Il sera accompagné de deux autres poètes acadiens : Georgette LeBlanc et Christian Brun.

Invité par la Fédération européenne des Maisons de Poésie
Maison de la Poésie de Saint-Quentin en Yvelines




Sous la banquise
extraits


Un mi bémol à éviter, les écueils des mers du Nord,
leurs détroits tumultueux où s’agitent des squelettes
au seuil infranchissable d’une histoire tenue secrète
parmi ceux qui l’ont tracée au fil des tas de pierres.
Effrités, forcés de broyer le gel, les genoux enfoncés
dans la mousse, las, ils parcourent la route blanche,
laineuse, en juillet, quand fleurit le thé du Labrador.

*

Quoi ? Une ride ? Un rorqual, à marée basse.
La main prise au panier, le calendrier écolo
affiché au-dessus de l’évier. Le sol brutal
de l’horloge d’où s’étirent, à contrecourant,
les quatre vérités, les trajectoires intactes,
les cheveux blancs trahis par trois miroirs.
Les clés forgées exprès pour fendre la brume.



Dan Bouchery

Artiste autodidacte, poète, plasticienne, et landartiste pratiquant le « déplacement » (sans adjonction d’éléments dans ses compositions naturelles) née sous les bombes à Lille, elle vit dans le Pays d’Auge depuis 2006. Elle anime des ateliers de pratique artistique alliant déplacement, photographies et écriture.
touch.d.auge@wanadoo.fr

Portfolio