Thomas, Jean-Bernard

par Vincent Gimeno-Pons, 5 juillet 2010

cette femme était une fée

je l’avais rencontrée peu après avoir découvert l’œuvre de Pierre Albert-Birot

j’étais un jeune auteur qui avait depuis peu la chance de voir ses poèmes publiés dans la revue Digraphe

c’était au Salon du livre sur le stand des éditions Jean-Michel Place

je cherchais à me procurer Grabinoulor mais comme je ne l’avais pas trouvé en librairie je m’étais dit que là oui je le dénicherais bien

mais non

alors j’avise cette bonne femme et lui explique mon souci

elle me répond que c’est d’autant plus fâcheux qu’elle est sa veuve

“ah bon vous êtes Arlette Albert-Birot ?” lui demandé-je (j’avais déjà commencé à m’intéresser à la bio de PAB)

nous fîmes connaissance, elle me trouva le livre, et ce fut le début d’une belle relation

elle veillait sur moi comme une fée sur le berceau d’un nouveau-né

par deux fois elle m’invita à déclamer au Marché de la Poésie

ce fut elle qui me prévint lorsque j’obtins une bourse du CNL

bien qu’affairée elle avait toujours un moment à m’accorder

je lui dois une fière chandelle

et je sais que la sienne brille toujours par là-bas

merci Arlette pour ce bon temps passé sur terre


Jean-Bernard Thomas

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Les amis d’Arlette ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : lundi 5 juillet 2010, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.