Touzet, Delphine

par Vincent Gimeno-Pons, 7 juillet 2010

Bonjour Vicent,
que cette journée ne soit pas que tristesse.

« La grande banderole d’amitié qui flotte sur le toit des fournils,
c’est l’odeur chaude de l’été. L’odeur des tiges mûres et du grain.
Je me dresse de toute ma hauteur dans la nuit. Je me plante au coeur de
la nuit avec ma silhouette obscure. Et je danse comme le premier poète
a dansé. Je danse pour le feu. Je danse pour la faim. Pour le sommeil.
Pour la mort. Pour la lampe du boulanger, à cette heure, sur le front
des villages. »
Luc Bérimont, La Huche à pain

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement notre sélection des meilleurs articles d'Evous.

Dans la même rubrique : Les amis d’Arlette ...


Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : mercredi 7 juillet 2010, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.