Marché Poésie 2017, États généraux#01

Accueil > Nouvelle rubrique N° 57 > Nouvelle rubrique N° 305 > La Périphérie du 28e Marché de la Poésie > 16 juin : 100 poètes + 100 artistes = 200 minutes de poésie > Xaintorxare, Tarah / Beauvillé (de), Guillaume

Xaintorxare, Tarah / Beauvillé (de), Guillaume

mercredi 21 avril 2010, par Vincent Gimeno-Pons

Tarah Xaintorxare

poète,
est à l’origine du « Montbélialtz Club » et des éditions Entre deux Soleils (livres d’artistes).



SILHOUETTES DE FEMMES
(The only hope is to leave the country ?)
poème inspiré par “Chaque jour est une fête” (2009), un film de Dima El-Horr

drôle(s) d’auto-stoppeuse(s)
faire confiance à qui ?
rejoindre son homme
(re)trouver son bonheur
traverser le désert
traverser la terre
traverser un arrière-pays
« en retard pour les visites ? »

silhouettes de femmes sans prénom
sur fond d’opérations militaires
silhouettes de femmes sur hauts talons
sur fond d’habitations abandonnées
silhouettes de femmes sensuelles
sur fond de civilisations en ruines
silhouettes de femmes
sur fond de paysages magnifiques
du sable du sable un arbre
des pierres des pierres un arbre
une chaîne de montagnes et le soleil
« et j’ai toujours l’air d’avoir un problème ? »

un bus de femmes
une prison pour hommes
des pilons électriques en plein désert
des épouvantails entre meules de foin
(au départ toucher l’amour
ensuite un chemin semé d’embûches sur embûches
ne pas craquer)
une culotte baissée jusqu’aux chevilles
« je ne supporte plus cette odeur ? »
ça s’évanouit ça s’endort
au milieu de nulle part
continuer à pied
en sens inverse ?
depuis qu’il est sans moi
j’ai pris les choses en main
« ça va mieux toi ? »

faire la route en entier
par étapes décousues
éprouvantes difficiles exténuantes
à former un alphabet tortueux
une marchandise conservée
bien conservée à peine conservée
une monnaie d’échange obligée ?

camion surchargé de poules en cages
malmenées par un terrain accidenté
convoi mortuaire avec des prières en boucle
par un haut-parleur fatigué
je fais semblant de quitter cette terre
« où ne fleurissent que des cauchemars ? »

courir dans un tunnel
de plus en plus vite
« tu viens d’où ? » « et ton accent ? »
– je me sentirais encore plus belle
si on faisait l’amour sous l’eau –

* * *

Guillaume de Beauvillé

photographe,
a exposé à Paris, à Fontenay-sous-Bois.
L’exposition de photos présentée au Marché de la Poésie
s’intitule « Mélodie qui déambule ».

Portfolio