vendredi 1er juin : Tumulus, croisement artistique albano-hungaro-germano-français

par Vincent Gimeno-Pons, 25 janvier 2013

vendredi 1er juin - Médiathèque Marguerite Duras - 19h30
Entrée libre dans la limite des places disponibles
115 rue de Bagnolet - 75020 Paris

Tumulus, croisement artistique albano-hungaro-germano-français

avec :

-  Kinga Újhelyi, comédienne/chanteuse hongroise, Compagnie du Théâtre National Csokonoi, Debrecen, Hongrie

-  Andrea Sitter, chorégraphe/danseuse/poète allemande d’origine sudète, vivant à Paris, coordinatrice artistique du projet

-  Peter Gemza, danseur, compagnon de route de Josef Nadj, Hongrois, vivant en Hongrie

-  Christian Paccoud, compositeur, pote, accordéoniste français vivant à Paris

-  Idlir Azizi, poète/traducteur/romancier albanais, vivant à Paris

-  Gérard Vincent, poéticien/érudit huguenot, vivant à Paris


Basé sur la réflexion qu’Idlir Azizi et Gérard Vincent mènent ensemble, sur les poèmes d’Idlir Azizi et sur les textes érudits et divaguant de Gérard Vincent, et sur les connexions territoire-danse / danse-poème / poème territoire.
Des textes d’Idlir Azizi et Gérard Vincent ainsi que des traductions d’extraits, en Hongrois, Anglais, Allemand, Serbe, Grec ancien, seront édités par Benjamin Colin et proposés au public, à cette occasion.
A la suite de la performance nous proposerons la projection du film de la Duna TV, réalisé par Attila Mispál avec Zsófia Rideg, à Paris et Debrecen, sur le poète et chanteur Christian Paccoud.

Le projet tumulus
TUMULUS : dans la grande plaine, modeste butte de terre millénaire sur laquelle on s’élève soi-même, soit pour guérir, soit pour faire signe à l’autre, au loin, d’alerte ou de joie.
Tumulus, chemin géopoétique est une tentative qui pourrait aussi être sous-titré "voyage géopoétique aux sources de l’Europe : poëme-danse / danse-territoire / territoire-poëme" car nous essayons de voguer sur ces connexions. C’est une vision océanique dans laquelle les territoires se dessinent depuis la mer quand le vaisseau strophe (tourne-danse) sur lui-même pour que le voyageur décrive du regard le territoire que délimite l’horizon des cimes.

Ce projet vise, en voyageant, à contribuer à la vitalité des relations non symétrique avec l’autre, ‘l’étranger’, en tout cas, l’extérieur et le lointain, notamment européen et continental.
Nous voulons, par ailleurs aller au contact d’une génération d’artistes d’Europe centrale, ceux-ci ayant très peu l’occasion de partager et de travailler avec les artistes "français". Il nous semble important et urgent de veiller à la diversité et à la vitalité de ces croisements imprévisibles, nourriciers et stimulants.
tumulus prend la forme de voyages géopoétiques, avec un autre sens de l’espace, de la terre, d’être ici, un autre sens du temps, du simple et peut-être, de la beauté... Un chemin géopoétique que nous voulons suivre à la découverte des autres et de nous-mêmes.
Outre la danse, toutes les disciplines qui dialoguent avec elle, en mettant en jeu le corps et l’oralité, sont concernées. Les protagonistes de ces voyages souhaitent le plus d’échanges artistiques possibles. Ils ne forment pas une compagnie, sont indépendants les uns des autres, de diverses.

En images

  • Peter Gemza
  • Peter Gemza et Kinga Újhelyi
  • Peter Gemza et Idlir Azizi ; Andrea Sitter et Kinga Újhelyi
  • Andrea Sitter, Kinga Újhelyi, et Christian Paccoud

Publiez votre avis, commentaire ou question

Dernière modification : mercredi 25 janvier 2013, par Vincent Gimeno-Pons
Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement une fois par semaine la sélection des meilleurs articles d'Evous.